NOUVELLES

Algérie: les otages algériens retenus au Mali "se portent bien" (ministre)

24/06/2012 12:40 EDT | Actualisé 24/08/2012 05:12 EDT

Les sept Algériens enlevés au début du mois d'avril dans le nord-est du Mali "se portent bien", a déclaré dimanche à Alger le ministre algérien des Affaires maghrébines et africaines Abdelkader Messahel.

"Tout ce que je peux dire à ce sujet, c'est que les otages se portent bien", a-t-il dit en réponse à une question sur le sort du consul d'Algérie à Gao et de six de ses collaborateurs, enlevés le 5 avril dans cette ville du nord-est du Mali par le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).

"C'est une question très sensible qui requiert la discrétion, gage d'efficacité", a ajouté M. Messahel qui s'exprimait lors d'une conférence de presse conjointe avec le ministre britannique aux Affaires étrangères chargé des Affaires du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord Alistair Burt, en visite en Algérie.

Le Mujao, qui réclame 15 millions d'euros pour libérer les otages algériens, avait dénoncé fin avril l'échec de négociations avec Alger.

Le 8 mai, il avait fixé un ultimatum de "moins de 30 jours" au gouvernement algérien pour satisfaire ses revendications.

Le 17 juin, ce groupe groupe islamiste armé présent dans le nord du Mali, avait avait indiqué avoir reçu des médicaments pour un otage algérien, affirmant que les négociations pour la libération de sept otages algériens entre ses mains avançaient.

Le Mujao se présente comme une dissidence d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), organisation à laquelle il est cependant allié, de même qu'à un autre groupe islamiste armé, Ansar Dine (Défenseurs de l'islam). Ces trois groupes occupent et contrôlent en grande partie depuis plus de deux mois le nord du Mali.

Outre ceux du Mujao, six autres otages enlevés au Niger et au Mali - tous français - sont retenus par Aqmi.

abh/sd

PLUS:afp