Huffpost Canada Quebec qc

Fusillade à Edmonton : le cas Baumgartner suscite des débats sur la surveillance en ligne

Publication: Mis à jour:

Internet aura longtemps été une zone vague pour les autorités juridiques et les experts en vie privée au Canada, mais une récente note Facebook mise en ligne avant la fusillade meurtrière survenue la semaine dernière en Alberta pourrait bien changer la donne.

Plusieurs jours avant que trois gardiens de sécurité armés ne soient tués et un quatrième grièvement blessé pendant le dépôt d'argent dans un guichet automatique de l'Université de l'Alberta, une note controversée a été publiée sur le compte Facebook d'un individu, dont le nom est le même que celui du suspect numéro derrière cette attaque.

Travis Baumgartner, un employé de la compagnie G4S, a écrit sur Facebook le 1er juin qu'il se demandait s'il ferait la une du téléjournal en se mettant à abattre des gens. Moins de deux semaines plus tard, une fusillade a fauché la vie de gardiens de sécurité de cette même compagnie.

Le jeune homme de 21 ans fait face à plusieurs chefs d'accusation de meurtre prémédité, de tentative de meurtre et de vol d'arme à feu.

On ignore encore s'il plaidera ou non coupable relativement à ces accusations.

Dans les jours suivant son arrestation, à la frontière entre la Colombie-Britannique et les États-Unis, le débat sur la vie privée des Internautes avait culminé à de nouveaux sommets.

Plusieurs voix se sont élevées pour demander aux employeurs de garder un oeil sur les activités en ligne de leur personnel, tandis que d'autres ont argué que le cas Baumgartner était un danger face à une surveillance en ligne accrue, compromettant du même coup les libertés individuelles.

Sur le web

Fusillade en Alberta: surveiller les gens sur Internet?

De retour à Edmonton,Travis Baumgartner comparaît en cour

Alberta: le suspect de la fusillade collabore avec la police