Humoristes indignés : la CLASSE aurait confirmé ne pas devoir consulter son congrès

Publication: Mis à jour:
Mini-manifestation devant le théâtre St-Denis à l'entracte du spectacle de la Coalition des humoristes indignés. (Radio-Canada.ca)
Mini-manifestation devant le théâtre St-Denis à l'entracte du spectacle de la Coalition des humoristes indignés. (Radio-Canada.ca)

La Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) a confirmé, à trois reprises, qu'elle n'avait pas besoin de consulter son congrès pour participer et recevoir une partie des profits du spectacle-bénéfice d'humour de la Coalition des humoristes indignés (CHI), a affirmé le directeur de la clinique juridique Juripop, Marc-Antoine Cloutier, samedi.

M. Cloutier dit également avoir fait signer une entente au porte-parole de la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) Gabriel Nadeau-Dubois, alors membre de l'exécutif, et à Philippe Éthier, qui siégeait également au comité exécutif de l'organisation étudiante à ce moment.

Le contrat, signé par la CLASSE seulement, prévoyait le partage des profits et assurait que le congrès de l'organisation ne pourrait pas se saisir de la décision, selon M. Cloutier.

Depuis, « quelques débats » ont été soulevés au dernier congrès de la CLASSE, la veille du spectacle, quant au fait que certains humoristes qui allaient participer à l'événement entretenaient, selon des militants, des propos sexistes et homophobes, a relaté la porte-parole Jeanne Reynolds.

Or c'est dans les journaux que M. Cloutier a appris que la CLASSE avait finalement choisi de consulter son congrès, et il a déduit que cette décision expliquait l'absence de ses porte-parole au spectacle-bénéfice du lundi 18 juin.

Une décision finale sera prise quant au partage des profits lors d'une réunion entre les soeurs Luce et Lucie Rozon, Marc-Antoine Cloutier ainsi que l'organisateur de l'événement, Daniel Thibault, notamment.

Selon M. Cloutier, tout indique pour l'instant que les organisateurs et participants au spectacle choisiront de ne pas transférer de fonds à la CLASSE.

Il estime que les humoristes sont davantage frustrés par le fait que la CLASSE n'a pas tenu parole que par la position de certains « radicaux » de l'organisation, selon son expression.