NOUVELLES

Les jours se suivent et ne se ressemblent pas pour Girouard à Sainte-Julie

23/06/2012 05:42 EDT | Actualisé 23/08/2012 05:12 EDT

SAINTE-JULIE, Qc - Les journées se suivent et ne se ressemblent pas pour le golfeur québécois Marc Girouard, qui s'est contenté d'un score de 76 (plus-4) samedi lors de la deuxième ronde du Championnat de Montréal.

Le représentant du club de golf Le Diamant est néanmoins demeuré le meilleur représentant du fleurdelisé avec un score cumulatif de plus-3, à égalité en 57e position. Girouard a souligné que contrairement à vendredi, où ses erreurs étaient davantage de niveau mental, il avait connu des ennuis avec l'éxécution de ses coups en deuxième ronde.

«Le rythme était moins bon, mais bon, le golf c'est le golf, et si c'était toujours pareil ce serait toujours les mêmes qui gagneraient», a philosophé Girouard. «Mais je ne suis pas dévasté par ça, pas du tout. J'ai moins bien joué, c'est un fait, maintenant, je pense que c'est très possible de ramener un pointage sous la normale demain.»

La journée avait pourtant bien commencé pour Girouard, qui a récemment fêté son 50e anniversaire. Il avait même rétréci l'écart avec le meneur en calant un oiselet dès le premier trou samedi, mais il a enchaîné avec un boguey. Le golfeur du club Le Diamant a de nouveau connu des ennuis au trou no 6, une normale-3 de 189 verges, en commettant un double boguey. Il a complété sa ronde avec deux bogueys supplémentaires aux 11e et 13e trous.

«Je me suis posé des questions sur certains coups aujourd'hui, notamment sur mon coup de départ dans le bois au trou no 2, a-t-il fait remarquer. Au trou no 6, j'ai envoyé mon coup de fer-5 dans l'eau, et donc je me suis retrouvé à faire du golf de rattrapage. Je vais rapidement tourner la page, et j'ai déjà hâte à la partie de demain.»

Un point de vue partagé par Yvan Beauchemin, du club Le Fontainebleau, qui fut le seul représentant du Québec à améliorer son sort en deuxième ronde en remettant une carte de 71 (moins-1). Le golfeur de 54 ans a réussi trois oiselets, contre deux bogueys, se hissant ainsi à un seul coup de Girouard au classement général.

«Comme un gars a déjà dit, il faut devenir bon perdant dans la vie, mais pas y prendre goût, a déclaré Beauchemin. Alors on a le droit d'être déçu quand ça ne va pas bien, mais à force de jouer dans des conditions comme ça on finit par s'y habituer. En général, ça c'est bien passé, en dépit de quelques bévues.»

Beauchemin, tout sourire, a également confié qu'il avait dû procéder à de nombreux ajustements entre les deux premières rondes afin de s'adapter aux exigences du terrain, encore plus dur et rapide que la veille. Il a notamment dû changer de sorte de balle, afin d'en choisir une plus tendre qui absorbe mieux le choc lors des atterrissages sur les verts.

Bien qu'il ait déclaré ne pas entretenir de compétition avec ses compatriotes, le représentant du Fontainebleau a reconnu avoir tenu une petite gageure avec Jean Laforce, à savoir qui avait atteint le plus d'allées sur leurs coups de départ durant la deuxième ronde. C'est le représentant du club Saint-Jean-de-Matha, avec 11, qui a remporté le duel.

«C'était pour le plaisir, mais on ne joue pas l'un contre l'autre, a dit Beauchemin. On joue plutôt contre les conditions, même si c'est certain que c'est flatteur d'être le meilleur golfeur québécois. Mais on va seulement s'en rendre compte à la fin du tournoi. On est trop occupé à frapper chaque coup, il ne faut vraiment pas que tu laisses ton attention divaguer, sinon ça peut te coûter cher.»

Laforce et l'autre Québécois inscrit au tournoi — Claude Tremblay —, qui ont connu leur part d'ennuis durant la première ronde, sont parvenus à limiter les dégâts samedi en jouant respectivement 74 et 75.

«Je suis quasiment plus déçu qu'hier, a lancé Tremblay. J'ai mieux joué — mes coups roulés étaient bien meilleurs —, mais ma fin de ronde a été très mauvaise. C'est dommage parce que j'étais à égalité avec la normale après 13 ou 14 trous.

«Je crois qu'une combinaison de facteurs peuvent expliquer ce résultat, a-t-il ajouté. On n'est pas habitué de jouer dans ces conditions-là, et je pense que la fatigue commence à embarquer, parce qu'on ne joue jamais des tournois de trois rondes comme celui-ci.»

Laforce a cependant dégringolé à l'avant-dernier rang du classement général avec un cumulatif de plus-10, un coup devant l'Américain Ronnie Black.

Le meilleur résultat québécois de l'histoire du tournoi est la 52e place de Beauchemin à moins-6 l'an dernier au club de golf Le Fontainebleau. Un résultat qui sera difficile à obtenir, notamment en raison des conditions de jeu très exigeantes cette semaine à Sainte-Julie.

PLUS:pc