NOUVELLES

L'armée yéménite reprend le contrôle d'Azzan, un ex-bastion d'Al-Qaïda

23/06/2012 08:57 EDT | Actualisé 23/08/2012 05:12 EDT

Les troupes yéménites ont repris samedi le contrôle de la ville d'Azzan (sud), fief d'Al-Qaïda abandonné depuis une semaine par les combattants du réseau extrémiste, selon un responsable local.

Par ailleurs, au moins 35 personnes ont été tuées ces dix derniers jours par des mines posées par des combattants d'Al-Qaïda dans la province d'Abyane, également dans le Sud, d'où ils ont été chassés par l'armée, ont indiqué des responsables locaux.

"Environ 60 véhicules de l'armée et des forces de sécurité ont été déployés dans le centre d'Azzan", a déclaré un responsable local sous couvert de l'anonymat, précisant que des avions de l'armée survolaient la zone.

Des témoins ont confirmé qu'Azzan, située dans le sud-est de la province de Chabwa, avait été remise à l'armée par un comité de médiation tribal, à qui les combattants d'Al-Qaïda avaient initialement remis la localité.

Les jihadistes s'étaient retirés le 17 juin d'Azzan, la dernière ville au Yémen qu'ils contrôlaient complètement.

Al-Qaïda avait proclamé un Emirat islamique dans cette ville où des centaines de combattants avaient, semble-t-il, trouvé refuge après avoir été chassés par l'armée de leurs bastions de la province voisine d'Abyane, notamment Zinjibar, Jaar et Chuqra.

Le réseau extrémiste avait profité de l'affaiblissement du pouvoir central, à la faveur de l'insurrection populaire contre l'ancien président Ali Abdallah Saleh en 2011, pour renforcer son emprise dans l'est et le sud du Yémen.

Mais le 12 mai, l'armée a lancé une vaste offensive pour reprendre la province. Aidée de miliciens et épaulée, selon des diplomates, par des conseillers américains, elle est parvenue à reprendre les zones perdues, à l'exception de la ville de Mahfad.

En fuyant leurs positions, les jihadistes ont laissé de nombreuses mines, dont l'explosion a fait 35 morts depuis le 13 juin à Zinjibar et Jaar, selon des sources locales.

"Les explosions de mines à Zinjibar ont provoqué la mort de 27 personnes" depuis que l'armée, soutenue par des milices locales, a repoussé les combattants d'Al-Qaïda, a déclaré l'adjoint au maire de la ville, Ghassan Cheikh.

Il a affirmé que l'armée n'était, pour le moment, pas parvenue à déminer l'ensemble des zones concernées, ajoutant que des mines avaient été placées dans la plupart des rues.

La majeure partie des habitants de Zinjibar, déplacés à Aden pendant les combats, n'ont pas pu "encore rentrer chez eux" a-t-il ajouté.

Huit autres civils ont été tués dans des explosions similaires dans les faubourgs de Jaar, qui fut l'un des principaux bastions d'Al-Qaïda pendant près d'un an, a affirmé un militant des droits de l'Homme, Wahid Abdoullah.

Vendredi, le nouveau commandant en chef de la zone militaire sud, le général de division Nasser al-Taheri, a promis de continuer de lutter contre Al-Qaïda.

Il remplace le général Salem Ali Qoton, qui avait supervisé l'offensive lancée le 12 mai contre le réseau extrémiste et qui a été tué lundi dans un attentat suicide revendiqué par Al-Qaïda.

str-lyn/jds/vv/cco

PLUS:afp