NOUVELLES

L'armée yéménite accumule les victoires contre le réseau terroriste al-Qaïda

23/06/2012 05:53 EDT | Actualisé 23/08/2012 05:12 EDT

SANAA, Yémen - L'armée yéménite a repris un nouveau bastion d'al-Qaïda dans le sud du pays, samedi, ont indiqué des responsables. Il s'agit du plus récent succès d'une offensive gouvernementale lancée depuis deux mois visant à expulser le groupe militant de larges portions de terrain pris lors de l'instabilité politique de l'an dernier.

Trois jours de bombardements sur les positions du groupe terroriste et des avertissements servis à des chefs de tribus locaux concernant une possible escalade a fait fuir les militants de la ville d'Azzan, selon Ali al-Ahmadi, gouverneur de la province de Shabwa. Au dire de M. Al-Ahmadi, les militants ont fui dans les montagnes et dans des camps du désert dans deux provinces voisines, emportant des véhicules blindés avec eux. Il n'a pas donné d'informations sur les pertes.

Azzan a été utilisée par le groupe terroriste comme centre des médias, y produisant du matériel audiovisuel afin de les distribuer sur des sites Internet militants.

L'offensive de l'armée contre ce qui semble être la branche la plus dangereuse du réseau terroriste international, al-Qaïda dans la Péninsule arabique, a vu la reconquête de plusieurs villes saisies par les militants pendant la débandade sécuritaire qui a accompagné les importantes révoltes survenues en 2011 contre le leader autoritaire Ali Abdullah Saleh.

La ville de Zinjibar, la capitale provinciale de l'État d'Abyan, et la ville de Jaar ont été les deux premiers bastions à être repris par l'armée.

Al-Qaïda a riposté avec des attentats-suicide et l'assassinat des principaux responsables de l'armée.

Le 18 juin, un haut commandant de l'armée qui menait la lutte dans le Sud, le major-général Salem al-Quton, a été assassiné alors qu'il se déplaçait dans un convoi de trois véhicules dans la ville d'Aden, lorsqu'un kamikaze s'est jeté sur son véhicule tout-terrain et a fait sauter ses explosifs.

Les États-Unis appuient le nouveau président du Yémen, Abed Rabbo Mansour Hadi, qui a pris le pouvoir après le départ de M. Saleh, en février.

M. Hadi a tenté de restructurer l'armée en limogeant les loyalistes de l'ancien président, remplaçant et dégradant des commandants.

Pendant ce temps, des résidants de plusieurs villes de l'ouest du pays ont indiqué que plusieurs jours de pénurie d'essence et d'électricité ont provoqué des manifestations.

Sanaa, la capitale, a été frappée par des pannes pendant trois jours. Le ministre de l'Électricité Saleh Soubai a déclaré à journalistes que l'ancien président avait embauché des hommes pour saboter des tours de transmission qui alimentent la capitale et une grande partie du pays. Le gouvernement yéménite accuse M. Saleh de tenter de provoquer l'instabilité pour contrer la purge de ses loyalistes.

PLUS:pc