NOUVELLES

GP d'Europe - Le circuit urbain de Valence, en route vers l'alternance

23/06/2012 09:36 EDT | Actualisé 23/08/2012 05:12 EDT

Les financeurs publics et privés du Grand Prix d'Europe de Formule 1, couru depuis 2008 sur le port de Valence, sont en train de préparer l'alternance avec le circuit de Catalogne, à Barcelone, pour qu'un Grand Prix d'Espagne soit chaque année au calendrier.

Rien n'a encore été annoncé ou confirmé mais les négociations sont en bonne voie avec Bernie Ecclestone, le patron de Formula One Management (FOM) et grand argentier de la F1, selon plusieurs sources sur place.

Après une première édition très suivie en 2008 (115.123 spectateurs le dimanche), pour cause de nouveauté, l'intérêt est brutalement retombé (81.231 en 2009) puis l'affluence est repartie à la hausse, lentement: 83.443 en 2010, 85.127 en 2011, selon le promoteur.

Elle va encore retomber cette année, car la crise de 2012 est plus grave que celle de 2009 et parce que le promoteur de cette course, sur un circuit provisoire tracé sur le port de Valence, a considérablement réduit la voilure cette année pour affronter la tempête: 45.000 places assises au lieu de 65.000 l'an dernier.

"Tout devrait être rempli dimanche", a indiqué à l'AFP Pablo Pernia, le chef de presse du Valencia Street Circuit, ce qui donnerait une affluence globale de 51.000 environ, tout compris (employés de la F1 et du circuit, journalistes, etc.), à comparer aux 85.000 spectateurs de l'an dernier.

"Une alternance nous permettrait de réduire les coûts de moitié (pour le promoteur comme pour la province), tout en attirant plus de monde (les années paires), à cause de la rareté de l'événement", a ajouté Pernia.

Chaque fois que la F1 fait étape, à Valence comme ailleurs, elle remplit hôtels et restaurants. Elle crée aussi des centaines d'emplois précaires (hôtesses, serveuses, vigiles, contrôleurs, manutentionnaires), des petits boulots d'autant plus appréciables en période de crise.

D'après d'autres chiffres fournis par le promoteur du Grand Prix, sur les 2.475 personnes employées pendant le Grand Prix, à l'intérieur du circuit, dont 420 contrôleurs/surveillants et 460 commissaires de piste, seules 200 sont bénévoles et toutes les autres payées pour leur présence indispensable à l'événement.

dlo/jfm

PLUS:afp