NOUVELLES

Euro-2012 - Top et Flop: le doublé de Xabi Alonso et l'ambiance dans le stade

23/06/2012 04:36 EDT | Actualisé 23/08/2012 05:12 EDT

Le Top et le Flop de la journée de samedi de l'Euro-2012 sont revenus respectivement à Xabi Alonso, auteur d'un doublé pour sa 100e sélection avec la Roja, qui s'est qualifiée pour la demi-finale aux dépens des Français et la triste ambiance dans les travées de la Donbass Arena.

A 30 ans, le champion d'Europe 2008 et du monde 2010 a permis à l'Espagne de s'offrir une demi-finale et un premier succès face à la France en match officiel, en ouvrant le score de la tête (19e) puis en inscrivant un pénalty en toute fin de match (90+1), ses 14e et 15e en sélection.

Le natif de San Sebastian qui a fait ses débuts à la Real Sociedad avant de partir à Liverpool puis de revenir en Espagne où il est devenu l'un des piliers du Real Madrid avec lequel il a remporté la Liga cette saison, a revêtu le maillot des Rouges pour la première fois, le 30 avril 2003 (4-0).

Averti face à l'Eire, il a su, cerise sur le gâteau, ne pas récolter un deuxième carton jaune qui l'aurait privé de la demi-finale contre le Portugal de son coéquipier en club, Cristiano Ronaldo.

Le flop concerne l'ambiance dans les tribunes de la Donbass Arena plutôt triste, à l'image de la rencontre, l'une des plus ennuyeuses du tournoi. L'enceinte du Shakthar Donetsk a même parfois sonné creux, même si les 50.000 sièges étaient quasiment tous pris.

De toute façon, ce ne sont les supporteurs français -quelques centaines- qui allaient mettre le feu au stade.

Quelques "Ukraine, Ukraine" ont été entonnés en fin de 1re période, par des spectateurs locaux, alors que Shevchenko et les siens ont été éliminés par... les Français.

En première période, le public s'est distrait avec la "Ola" qui sert respectivement à manifester l'enthousiasme ou à tromper l'ennui.

Après la mi-temps, des sifflets sont même descendus des tribunes pendant que l'Espagne faisait sa traditionnelle passe à dix pendant que les Français courraient derrière le ballon.

Finalement les seuls satisfaits dans les tribunes étaient les supporteurs espagnols qui occupaient le quart d'un virage du stade. Celui d'où a surgi Xabi Alonso pour placer une tête victorieuse, synonyme d'ouverture du score.

ep/grd

PLUS:afp