NOUVELLES

Euro-2012 - Espagne-France: Xabi Alonso voit double pour son centenaire

23/06/2012 04:50 EDT | Actualisé 23/08/2012 05:12 EDT

Le milieu de terrain de l'Espagne Xabi Alonso a fêté samedi sa 100e cape de fort belle manière: en inscrivant un doublé lors du quart de finale face à la France, samedi à Donetsk.

Face aux Bleus, le milieu du Real Madrid est entré dans le club très fermé des Espagnols comptant 100 sélections, seulement occupé, par Casillas, Zubizarreta désormais à la retraite, Xavi Hernandez et Raul.

Le Basque natif de Tolosa, près de San Sebastian, aura soufflé ses bougies en s'offrant un bien beau cadeau: en ouvrant d'abord le score pour la Roja d'une tête piquée sur un superbe centre venu de la gauche, signé Jordi Alba (19), puis en transformant un penalty obtenu en fin de match par Pedro (90+1).

Lui qui n'est pas un grand buteur (15 buts en sélection) en aura ici inscrit deux qui comptent: en marquant très tôt à la suite d'un beau déboulé de Jordi Alba, il a d'abord réduit à néant les plans défensifs du sélectionneur français Laurent Blanc. Puis il a mis les siens à l'abri sur un exercice qu'il maîtrise: le penalty.

Mais le grand milieu ne s'est pas contenté de ce but, samedi: il aura somme toute bien muselé Yohan Cabaye et ponctuellement Benzema lorsque celui-ci venait décrocher.

A 30 ans, Xabi Alonso confirme ainsi l'importance qu'il a prise depuis ses débuts, en 2003, au sein de l'équipe d'Espagne.

Joueur polyvalent, aussi à l'aise dans le ratissage de ballons que dans les longues ouvertures à destination des attaquants, le Basque a fait partie de tous les grands succès des Rouges: champion d'Europe en 2008 et du monde en 2010.

Sous l'ère Del Bosque, sa grande activité et sa capacité à frapper de loin ont amené le sélectionneur à l'associer à Busquets quand un milieu défensif pourrait parfois suffire.

"Rien n'est intouchable. Mais il se peut qu'au départ nous ne changions pas ce dispositif (de deux milieux défensifs)", a d'ailleurs rappelé le sélectionneur espagnol avant le match contre la France.

Grâce à son doublé, Alonso aura sans doute convaincu Del Bosque de ne pas changer grand-chose dans son dispositif.

Samedi face aux Bleus, le grand milieu de terrain à la barbe rousse et aux gestes nonchalants a aussi d'une certaine façon pris sa revanche sur la "bête noire" de la Roja: déjà titulaire lors du huitième de finale du Mondial-2006, il avait dû s'incliner (3-1) face à Zidane et aux siens.

Ayant également pu éviter un deuxième carton jaune (il était déjà averti) qui l'aurait suspendu pour le prochain match, une autre épreuve l'attend désormais: une demi-finale contre le Portugal, avec la perspective d'un mano a mano avec ses coéquipiers du Real, Cristiano Ronaldo, Pepe et Fabio Coentrao.

Sans doute ce grand flegmatique qu'est Alonso n'en laissera-t-il rien paraître. Mais intérieurement, il est sûr que ce compétiteur bouillonnera d'envie de signer une grande prestation face à "CR7".

cle/grd

PLUS:afp