Conflit étudiant : la CLASSE responsable de l'impasse, répète Bachand

Publication: Mis à jour:
Raymond Bachand (Radio-Canada.ca)
Raymond Bachand (Radio-Canada.ca)

En cette nouvelle journée de mobilisation contre la hausse des droits de scolarité, le ministre des Finances, Raymond Bachand, a exclu toute reprise des négociations, accusant la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) d'empêcher une résolution de la crise.

Interrogé sur la raison pour laquelle son gouvernement a rejeté la dernière demande de médiation de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), M. Bachand a souligné que les fédérations étudiantes, pour lesquels il dit avoir beaucoup de sympathie, « ne prennent aucune décision si elle n'est pas appuyée par la CLASSE », la Coalition large de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante.

Or, selon le ministre, la CLASSE n'envisage aucune autre option que « le gel des frais de scolarité en route vers la gratuité scolaire ».

« Le jour où la CLASSE aura une ouverture pour que les étudiants participent davantage au financement des universités, ce jour-là, ça vaudra la peine de se rasseoir. Entre-temps, c'est une illusion. », a dit Raymond Bachand.

Le 18 juin, la FECQ avait lancé un ultime appel à la médiation, seul moyen, selon elle, de venir à bout du conflit qui oppose les étudiants au gouvernement Charest depuis la mi-février.

Les pourparlers entre le gouvernement Charest et les associations étudiantes sont au point mort depuis que Québec a quitté la table des négociations, à la fin du mois dernier.