RECHERCHE - Pour la plupart des gens, le nom de l'île de Pâques, ou Rapa Nui, cette petite île isolée à plus de 3200 km au large des côtes de l'Amérique du Sud, évoque les images de statues géantes, les moaï.

Mais depuis que les explorateurs hollandais ont découvert l'île le dimanche de Pâques de l'année 1722, les gens n'ont cessé de se demander comment les Rapanuis, habitants indigènes de l'île, étaient capables de transporter des centaines de sculptures monumentales de la carrière où ils les sculptaient jusqu'aux plates-formes de pierre à travers l'ensemble de l'île, et ce, sans utiliser de roues ou d'animaux de trait.

Au cours des soixante dernières années, les scientifiques ont émis la théorie que les Rapanuis déplaçaient les moaï, dont certains peuvent s'élever jusqu'à 10 mètres de haut et peser plus de 80 tonnes, en utilisant différents procédés, en cerclant les statues à l'aide de troncs d'arbres et en les faisant glisser sur le sol ou encore en les faisant rouler sur des traîneaux en parcourant des arbres abattus.

Dans le numéro de National Geographic du mois de juillet, Hannah Bloch explore une toute dernière théorie, avancée par Terry Hunt, un archéologue de l'Université de Hawaï, et Carl P. Lipo, un anthropologue de l'Université de l'État de Californie, à Long Beach.

Hunt et Lipo ont émis l'hypothèse que trois groupes de Rapanui faisaient littéralement "marcher" les moaï avec rien de plus que des cordes, la force des mains et la patience.

Comme le montre la reconstitution ci-dessous, deux groupes peuvent aider à déplacer la statue vers l'avant, tandis qu'un autre groupe, placé derrière le moaï, utilise une corde pour maintenir la statue debout.

La théorie, qui fait l'objet de leur livre, The Statues That Walked (Les Statues qui marchaient) est soutenue par le folklore Rapanui.

'Les experts peuvent dire ce qu'ils veulent, confie Suri Tuki, un Rapanui de 25 ans au National Geographic, en faisant référence aux précédentes théories. "Mais, nous, nous savons la vérité. Les statues marchaient." Ainsi que l'explique Bloch, "Dans la tradition orale Rapanui, les moaï étaient animés par le mana, une force spirituelle transmise par de puissants ancêtres."

Découvrez en images la reconstitution de cette théorie grandeur nature, compilée par nos partenaires du HuffPost américain (légendes en anglais)

Vous pouvez découvrir plus de photos dans le numéro de juillet du click over to National Geographic, ou en cliquant ici:

Loading Slideshow...
  • Archaeologists Carl Lipo of the University of California State University Long Beach (left) and Terry Hunt of the University of Hawaii stand in front of a full-scale replica of a stone statue from Easter Island known as a moai. For centuries people have wondered who carved these statues and why. Hunt and Lipo's research on questions surrounding Easter Island's past is featured in a cover story in the July 2012 issue of National Geographic magazine.

  • As a team of volunteers pulls in one direction and a group across from them coordinates, a full-scale replica of an Easter Island moai "walks" down a road in Hawaii, where the experiment was conducted. The experiment, which involved two groups rocking the statue from side to side while a third stabilized it from behind, showed that a minimum of 18 people could move the 10-foot, 5-ton moai a few hundred yards without it tipping over. The experiment is discussed in the July 2012 issue of National Geographic magazine.

  • Three teams, one on each side and one in the back, manage to maneuver an Easter Island statue replica down a road in Hawaii, hinting that prehistoric farmers who didn't have the wheel may have transported these statues in this manner. The experiment was led by archaeologists Terry Hunt and Carl Lipo and is reported in the July 2012 issue of National Geographic magazine.

  • A 10-foot, 5-ton replica of an Easter Island "moai" dances down the road, guided by teams on each side and behind it. Archaeologists Carl Lipo and Terry Hunt, who led the experiment, report that once the balance of the teams and ropes was established, the statue "just did its thing." The experiment, funded by the National Geographic Society, is described in the July 2012 issue of National Geographic magazine.