NOUVELLES

Nouvelle fermeture d'une mine de platine en Afrique du Sud

22/06/2012 06:22 EDT | Actualisé 22/08/2012 05:12 EDT

Une nouvelle mine de platine d'Afrique du Sud a suspendu son exploitation vendredi près de Mashishing (est), la deuxième en moins de deux semaines en raison de la mauvaise conjoncture, a indiqué son propriétaire australien, le groupe Aquarius Platinum, quatrième producteur mondial.

Le site Everest, ouvert en 2004, a été placé en maintenance, la direction affirmant que la faiblesse des cours, les mauvaises conditions d'exploitation et des tensions sociales "rendent la mine non rentable", selon un communiqué du groupe.

"Le marché du platine connaît une surproduction durable, l'industrie générant près d'un demi-million d'onces de platine inutile chaque année en raison de la crise économique européenne, entre autres facteurs", ajoute Aquarius, dont trois mines sont en arrêt de production (Everest, Marikana, Blue Ridge).

"D'un point de vue opérationnel, les coûts continuent d'augmenter au-dessus du niveau de l'inflation sud-africaine, alors que la productivité de la main d'oeuvre décline", a ajouté Aquarius, qui est également implanté au Zimbabwe.

"Aucune autre fermeture n'est prévu à ce stade au sein du groupe", a précisé Aquarius.

Il y a une dizaine de jour, la mine de platine de Marikana près de Rustenburg (nord), exploitée conjointement avec le géant Anglo American et qui employait plus de 1.500 salariés, a été placée en maintenance.

Un autre groupe, Eastern Platinum, a suspendu de son côté un projet de nouvelle mine de platine à Steelpoort, dans le nord de l'Afrique du Sud, à cause des faibles perspectives commerciales.

L'Afrique du Sud abrite environ 87% des réserves mondiales de platine, notamment utilisé dans les pots d'échappement catalytiques, ainsi qu'en joaillerie.

La situation du platine préoccupe les autorités sud-africaines. La ministre des mines Susan Shabangu a créé il y a trois mois un groupe de travail, mais les options sont limitées, soulignait cette semaine le quotidien économique Business Day.

Pour faire remonter les prix, l'une des solutions serait de réduire les quantités mises sur le marché par les producteurs sud-africains.

"Mme Shabangu pourrait demander à toutes les entreprises de platine d'appliquer une coupe proportionnelle à leur production pour que tout le monde soit logé à la même enseigne, selon un connaisseur. Les compagnies minières ne peuvent pas en discuter entre elles elles-mêmes de peur que cela n'apparaisse comme une entente ou un cartel", a écrit Business Day.

gs-clr/ej

PLUS:afp