NOUVELLES
22/06/2012 07:57 EDT | Actualisé 22/08/2012 05:12 EDT

Le Vatican appelle à des soins gratuits pour tous les malades sida dans le monde

Le Saint-Siège a lancé vendredi un appel solennel à la communauté internationale pour que tous les malades du sida bénéficient d'un "traitement gratuit et efficace", en commençant par les femmes enceintes, les mères et leurs nourrissons.

S'exprimant lors d'une conférence internationale organisée par la communauté de Sant'Egidio, le numéro deux du Vatican, le cardinal Tarcisio Bertone, s'est adressé "aux Etats et aux donateurs" pour qu'ils "fournissent vite aux malades du sida un traitement gratuit et efficace".

"Que l'accès universel aux soins soit consenti. Faisons-le en partant des mères et des enfants. Au nom du Saint-Père, je me fais la voix de tant de malades qui n'ont pas de voix. Ne perdons pas de temps et investissons les ressources nécessaires", a-t-il ajouté.

Selon lui, "l'accès universel aux soins n'est pas une utopie. En Afrique comme en Europe, nous avons le devoir de contacter toutes les femmes séropositives enceintes, de les soumettre à une thérapie rétrovirale, de leur permettre de donner la vie à un enfant épargné par le sida et de le faire grandir avec son accompagnement maternel", a-t-il dit, en soulignant que la disparition des mères en Afrique détruit la famille et l'économie.

La Communauté Sant'Egidio organise une conférence, en présence de ministres ou responsables d'une vingtaine de pays, pour les dix ans du programme DREAM (Drug Resource Enhancement against Aids and Malnutrition), lancé en 2002 au Mozambique. Il existe aujourd'hui dans neuf autres pays d'Afrique.

Selon Sant'Egidio, la transmission du sida au nourrisson et au petit enfant peut être extrêmement réduite grâce aux médicaments rétroviraux administrés à la mère durant la grossesse puis la période d'allaitement.

Sur 180.000 personnes qui bénéficient du programme DREAM, quelque 20.000 grossesses de femmes séropositives ont été suivies, avec un taux de transmission moyen de 3% jusqu'à ce que l'enfant atteigne ses dix-huit mois.

Alors que le Vatican se voit reprocher son refus de principe du préservatif comme moyen de protéger les personnes du sida, le cardinal Bertone a relevé qu'"environ 30% des centres pour les soins du VIH/sida dans le monde entier sont catholiques", particulièrement en Afrique.

jlv/mle/jlb

PLUS:afp