NOUVELLES

Le GP de France au Paul Ricard "encore jouable en 2013", selon son directeur

22/06/2012 01:17 EDT | Actualisé 22/08/2012 05:12 EDT

Un retour du Grand Prix de France de Formule 1, dès 2013 sur le circuit Paul-Ricard HTTT, dans le Var, est "encore jouable" à condition de s'en occuper "vite" pour l'annoncer au plus tard en septembre, a affirmé vendredi à l'AFP le directeur du circuit, Stéphane Clair.

"Ca mérite qu'on s'en occupe vite. Même si nous ne l'apprenons qu'à la rentrée de septembre, ça nous laisse le temps de monter les infrastructures nécessaires et de commercialiser le Grand Prix", a ajouté M. Clair, qui a déjà rencontré la nouvelle ministre des Sports, Valérie Fourneyron.

"Au delà de septembre, ce sera plus compliqué de le commercialiser, surtout auprès de sponsors devant décider de mettre un ou deux millions d'euros", estime le directeur du Paul Ricard HTTT, qui vient de recevoir confirmation, par la Fédération internationale de l'automobile (FIA), que le circuit varois était homologué pour la F1 jusqu'en 2016.

Le dernier Conseil mondial de la FIA, le 15 juin, n'a pas permis d'en savoir plus sur le projet de calendrier 2013, en raison des incertitudes économiques pesant actuellement sur plusieurs épreuves: GP d'Europe à Valence, GP de Corée, GP de Belgique, projet d'un autre GP des Etats-Unis près de New York, dans le New Jersey.

D'où l'optimisme relatif de M. Clair, qui évoque toutes ces "incertitudes" et espère qu'une date se libèrera d'ici le prochain Conseil mondial de la FIA, en septembre, soit moins d'un an avant la tenue éventuelle d'un GP de France au Castellet, comme dans les années 70 et 80.

"Fin août, pour nous, ça reste la date idéale, en raison du climat et de la capacité d'hébergement dans la région varoise. C'est l'arrière-saison et ça donnerait une belle image de la France à cette période-là", estime M. Clair.

Enfin, sur la concurrence éventuelle avec un autre projet, celui du circuit de Magny-Cours, dans la Nièvre, homologué lui aussi pour la F1, le patron du Paul Ricard HTTT n'est pas opposé, sur le principe, à "une alternance entre deux GP de France" sur les deux circuits candidats.

dlo/jfm

PLUS:afp