NOUVELLES
22/06/2012 05:38 EDT | Actualisé 22/08/2012 05:12 EDT

L'Allemagne marque trois fois en deuxième demie et passe en demi-finales

GDANSK, Pologne - Les Allemands ont marqué trois fois en deuxième demie pour battre la Grèce 4-2 et atteindre les demi-finales de l'Euro, vendredi.

Philipp Lahm a donné l'avance à l'Allemagne à la 39e minute, puis Georgios Samaras a créé l'impasse à la 55e.

Sami Khedira, Miroslav Klose et Marco Reus ont toutefois confirmé la supériorité allemande en marquant en deuxième demie. La Grèce est allée chercher un but de plus quand Dimitris Salpigidis a converti un penalty (89e).

La chancelière allemande Angela Merkel était sur place pour encourager la troupe de Joachim Low.

Les Allemands ont largement dominé, mais la défense grecque a bien résisté durant la majeure partie de la première demie.

Lahm a fait mouche en premier, cheminant vers le centre avant d'y aller d'un long tir dans le coin du filet, au-delà de la portée de Michalis Sifakis.

«Nous n'avions pas d'espace pour manoeuvrer et nous n'avons presque rien fait avec nos chances», a dit le sélectionneur grec, Fernando Santos.

Les Grecs ont mieux paru en début de deuxième moitié de match. Samaras a ramené les deux clubs à la case départ, battant Manuel Neuer sur un centre parfait de Dimitris Salpigidis. Après ce but, toutefois, ce sont les Allemands qui ont contrôlé le match.

«Nous sommes restés calmes à 1-1 et les buts sont venus», a résumé Low.

Khedira a fait mouche grâce à un centre de Jerome Boateng (61e), Klose a converti d'une tête un coup france de Mesut Oezil (68e), puis Reus a complété à la 74e.

Klose, dont la mère est polonaise, a constamment menacé et a montré une belle chimie avec Oezil et Andre Schuerrle.

«Nous avons dû élargir nos attaques après leur deuxième but et ça nous a fait mal», a dit Salpigidis.

Salpigidis a signé un but pour l'honneur en toute fin de match, après que Boateng ait touché au ballon de la main.

«Nous avons fait tout notre possible, a dit le défenseur Sokratis Papastathopoulos. Nous aurions pu être plus prudents, mais nous nous sommes bien battus.»

PLUS:pc