Huffpost Canada Quebec qc

Des attaques à la bombe et des tirs font douze morts en Irak

Publication: Mis à jour:
IRAQ BOMB BAGHDAD
AP

Une nouvelle série d'attaques a provoqué la mort d'au moins 12 personnes vendredi en Irak, ont annoncé des sources sécuritaires et médicales.

Une bombe a explosé dans le marché d'Al-Husseiniyah, quartier majoritairement chiite à la périphérie nord-est de Bagdad, où un second engin explosif a été déclenché après l'arrivée des services de secours, selon un responsable du ministère de l'Intérieur.

Une source médicale à l'hôpital Cheikh al-Dhari a indiqué avoir reçu huit corps et plus de 50 blessés.

Dans le sud de Bagdad, trois policiers ont été abattus à un poste de contrôle à Bayaa, a ajouté le responsable du ministère de l'Intérieur, un bilan confirmé de source médicale.

A Samarra, ville majoritairement sunnite au nord de Bagdad où se trouve un mausolée abritant les tombeaux de deux imams chiites révérés, un attentat suicide à la voiture piégée et des tirs d'obus de mortier ont fait un mort, un pèlerin iranien, et 12 personnes blessés.

En 2006, un attentat contre ce mausolée avait déclenché une vague de violences confessionnelles qui a coûté des dizaines de milliers de vies.

Vendredi, le kamikaze a pris pour cible un poste de contrôle à l'entrée sud de la ville, tuant le pèlerin iranien et blessant sept autres pèlerins iraniens ainsi que deux policiers et un soldat irakiens, selon un lieutenant de police et une source médicale. Deux autres pèlerins iraniens ont été blessés par deux obus de mortier tirés dans le même secteur, ont indiqué ces sources.

A Ishaqi, au sud de Samarra, le corps d'une fillette de 4 ans décapitée a été découvert vendredi. L'enfant avait été enlevée jeudi par des hommes qui avaient réclamé un rançon de 10 millions de dinars (environ 8.000 dollars) à son père qui avait refusé de payer, selon un lieutenant de police.

Ces morts portent à au moins 160 le nombre de personnes tuées par des attentats en Irak depuis une première série d'attentats simultanés le 13 juin, déjà nettement plus que les 132 victimes recensées dans les statistiques officielles pour l'ensemble du mois de mai.

Le 13 juin, 72 personnes ont péri dans des attaques anti-chiites revendiquées par Al-Qaïda et trois jours plus tard, 32 personnes ont été tuées par l'explosion de deux voitures piégées dans la capitale, en pleine cérémonie chiite.

Les chiites sont, avec les forces de sécurité irakiennes, une cible privilégiée des groupes armés sunnites.

sf-wd/vl/fc

Sur le web

Irak: 22 morts dans un attentat anti-chiite

Irak: au moins 17 morts dans des attentats à Bagdad