NOUVELLES
21/06/2012 11:11 EDT | Actualisé 21/08/2012 05:12 EDT

Un trafiquant de drogue québécois sera extradé: la cour refuse d'entendre le cas

OTTAWA - Un trafiquant de drogue québécois ne pourra empêcher son extradition vers les États-Unis malgré ses problèmes de santé: la Cour suprême du Canada vient de refuser d'entendre son ultime recours.

Arrêté au Québec en 2009, Éric Bédard a tenté de rester dans une prison canadienne en plaidant qu'il souffre d'une maladie très rare.

Mais le plus haut tribunal du pays a décidé jeudi de ne pas entendre sa cause.

Les États-Unis avaient demandé son extradition afin qu’il subisse son procès sur des accusations de complot pour trafic d’une quantité importante de marihuana et d’ecstasy.

M. Bédard souffre de dysplasie fibreuse polyostotique, une rare affection osseuse congénitale qui cause la fragilisation des os et entraîne un risque élevé de fracture au moindre contact avec une personne ou un objet. La maladie a aussi freiné sa croissance et l'homme mesure moins de quatre pieds. Il se déplace à l'aide d'une chaise roulante électrique.

En décembre 2010, le ministre de la Justice du Canada a signé la demande d'extradition des États-Unis, après avoir pris en considération les arguments de M. Bédard sur son état de santé.

Il a conclu que son extradition ne serait pas injuste ou tyrannique. Il disait avoir obtenu l'assurance que le Bureau fédéral des prisons pouvait traiter adéquatement un détenu dans la condition de M. Bédard.

Celui-ci a contesté la décision du ministre devant la Cour d'appel du Québec.

Mais il ne s'est pas présenté à l'audience en janvier 2012 et son appel a été rejeté sommairement, sans étude sur le fond de sa cause. Son absence constituait un bris de ses conditions de remise en liberté, a estimé la majorité de la Cour.

C'est de ce jugement dont M. Bédard en appelait, mais puisqu'il n'a pas été entendu par la Cour suprême, il ne pourra maintenant éviter son transfert vers une prison américaine.

Fidèle à son habitude, la Cour suprême n'a pas motivé sa décision rendue jeudi.

PLUS:pc