NOUVELLES
21/06/2012 03:34 EDT | Actualisé 21/08/2012 05:12 EDT

Mike Stevens veut un tournoi au Canada, dit le président Ronald Corey

SAINTE-JULIE, Qc - Bien qu'il ne soit pas impliqué directement dans les négociations entourant le renouvellement de l'entente entre Synchro Sports et le circuit des Champions pour tenir le Championnat de Montréal au-delà de 2012, le président du tournoi Ronald Corey a déclaré jeudi que les pourparlers allaient bon train.

«Je pense que ça regarde bien, et je sais qu'ils (les dirigeants de Synchro Sports) discutent régulièrement avec le circuit — le président Mike Stevens veut avoir un tournoi ici au Canada, il n'y a pas de problème —, donc on va laisser faire les négociations, mais d'après moi ça va se faire rapidement.»

Corey a toutefois rapidement nuancé ses propos en précisant que Montréal était au Canada, et en ajoutant que le président du circuit des Champions, Mike Stevens, aimait bien la région métropolitaine. L'ex-président du Canadien de Montréal a également déclaré qu'une autre manche canadienne pourrait être organisée dans un avenir rapproché.

«Je parle du Canada parce qu'ils n'en ont pas d'autre (tournoi) au pays, et avec les succès qu'on a eus, je pense que ça serait difficile de dire non, a confié Corey. Mais comme je l'ai dit je ne suis pas Synchro Sports et je ne négocie pas avec eux.

«Et rien ne dit qu'il ne pourrait pas y avoir un deuxième tournoi du circuit des Champions au Canada. Ça pourrait évidemment arriver un jour.»

Le contrat de trois ans entre Synchro Sports et le circuit des Champions arrivera à échéance à l'issue de la fin de semaine.

Les joueurs contrôlent le circuit

Corey a également tenu à revenir sur les désistements des derniers jours. Après Fred Couples, Nick Price, Tom Lehman et Kenny Perry lundi, c'était au tour de Mark O'Meara d'annoncer son retrait jeudi après-midi. Outre les blessures, qui sont des impondérables, le circuit des Champions est confronté au problème des désistements de dernière minute.

Il est en effet le seul circuit professionnel à ne pas exiger de raison médicale ou d'exemption spéciale pour justifier l'absence d'un joueur. Si les motifs étaient clairs pour Couples et Price, qui sont respectivement ennuyés par des blessures au dos et à un poignet, ils étaient autrement plus mystérieux pour Lehman et Perry, qui ont choisi de se désister pour des motifs personnels.

«Je crois que les règlements doivent être revus, avait mentionné le directeur du tournoi David Skitt mercredi. Avant, je travaillais pour le circuit mondial de volleyball de plage et un joueur devait avoir une exemption médicale pour se retirer.»

Interrogé à savoir s'il avait songé à demander à Couples, un ami de longue date, d'utiliser son influence auprès des dirigeants pour faire bouger les choses dans ce dossier, Corey a indiqué que c'était hautement improbable puisque ce sont d'abord les joueurs qui contrôlent le circuit.

«J'en ai parlé avec Jeff Sluman, et ils ont le même règlement sur le circuit de la PGA. Ce sont les joueurs qui contrôlent d'abord et avant tout les deux circuits, a expliqué Corey. À 10 jours d'un tournoi, un joueur a le droit de se retirer pour n'importe quelle raison. Dans notre cas à nous, le fait que ce soient Nick Price et Fred Couples, c'est certain que ça fait un choc.

«C'est sûr que c'est une mauvaise nouvelle et qu'on est malheureux de ça, mais en même temps il ne faut pas oublier les autres golfeurs présents, dont certains moins connus qui ont de meilleures saisons que Couples ou Price. Mais que voulez-vous, c'est arrivé, et on ne peut rien y faire.»

PLUS:pc