NOUVELLES
21/06/2012 11:09 EDT | Actualisé 21/08/2012 05:12 EDT

L'ambassadeur américain appelle l'armée à réviser son soutien à Assad

Les troupes syriennes devraient réviser leur soutien au président Bachar al-Assad, estime l'ambassadeur des Etats-Unis en Syrie en soulignant que les auteurs d'atrocités seraient traqués et jugés.

Robert Ford, rentré à Washington en février après la fermeture de l'ambassade à Damas en raison de l'insécurité grandissante, a lancé cet appel dans une lettre ouverte aux soldats syriens mise en ligne sur sa page Facebook.

"Le rôle de l'armée nationale est de défendre le pays et de protéger les citoyens, pas de leur faire du mal", écrit-il, alors que l'armée réprime la révolte lancée depuis quinze mois dans le pays au prix de milliers de morts.

"Malheureusement, la majorité de l'armée agit comme une force majeure de déstabilisation. Les images de bâtiments détruits par l'artillerie lourde à Homs ne sont qu'un exemple, et des armes similaires sont utilisées contre des quartiers peuplés, comme Douma" près de Damas, selon lui.

Accusant "certains membres clés" de l'armée d'avoir joué un rôle moteur dans les "campagnes de torture et de terreur" surtout à Homs, Hama (centre), Lattaquié (nord-ouest) ou Alep (nord), il accuse la troupe d'avoir "soutenu les massacres commis par les chabbiha", les milices pro-régime.

Citant les exactions commises à Haffé (Lattaquié) ou le massacre de civils à Houla, il soutient que l'armée a fourni "à ces voyous des instructions, des armes et une couverture avec des tirs d'obus". "Son rôle dans ces attaques et massacres est odieux, contraire à la loi internationale et à l'éthique professionnelle".

Les Etats-Unis et la communauté internationale "vont travailler avec les citoyens syriens pour identifier les membres de l'armée responsables de ces violences et faire en sorte qu'ils rendent des comptes", indique M. Ford.

En conséquence, "les troupes syriennes devraient reconsidérer leur soutien à un régime qui est en train de perdre la bataille". Hauts gradés et soldats "ont un choix à faire. Veulent-ils risquer des poursuites judiciaires en soutenant le comportement barbare du régime Assad ou oeuvrer à assurer la place de l'armée professionnelle au sein d'une Syrie démocratique en soutenant (...) la transition vers une démocratie d'intégration, tolérante et représentative"?

al/bpz/cnp/tp

PLUS:afp