Le nouveau gouvernement de coalition en Grèce demandera à ses bailleurs de fonds deux ans de plus pour assainir ses comptes publics et possiblement un nouveau prêt, d'après l'agence de presse grecque Ana.

Athènes voudrait avoir jusqu'à la fin 2016 pour renouer avec l'équilibre budgétaire. Le pays exhorterait aussi l'Union européenne et le Fonds monétaire international, le FMI, a lui prêté de 16 à 20 milliards d'euros de plus au besoin.

Ces informations, reprises aussi par les quotidiens grecs en ligne To Vima et Imerisia, confirment des déclarations faites à l'agence AFP par un conseiller de l'ancien gouvernement de Lucas Papademos.

En fait, la revendication grecque d'un sursis de deux ans était au programme des trois partis, de droite, socialiste et de gauche modérée, qui se sont alliés mercredi pour soutenir le nouveau gouvernement du conservateur Antonis Samaras, à la suite des élections de dimanche. La composition de son gouvernement est dévoilée jeudi après-midi.

Dans la journée, Athènes devrait livrer un premier message en ce sens lors de la région des ministres des Finances de la zone euro à Bruxelles. Le cas de la Grèce sera au coeur du prochain sommet européen, les 28 et 29 juin.