NOUVELLES
21/06/2012 09:21 EDT | Actualisé 21/08/2012 05:12 EDT

Grèce: Vassilis Rapanos est nommé ministre des Finances

ATHÈNES, Grèce - Le président de la Banque nationale de Grèce, Vassilis Rapanos, a été nommé jeudi ministre des Finances dans le gouvernement du nouveau premier ministre grec Antonis Samaras, au lendemain de la conclusion d'un accord de coalition entre trois partis qui acceptent les mesures d'austérité imposées au pays en échange de l'aide internationale.

Quatre jours après les élections législatives, Antonis Samaras, 61 ans, chef de Nouvelle démocratie (ND), avait rencontré en début de journée les chefs des deux partis minoritaires dans la coalition, Evangelos Venizelos, du PASOK, et Fotis Kouvelis, de la Gauche démocratique, pour finaliser les détails du programme gouvernemental.

Depuis mai 2010, la Grèce n'a pu payer ses factures que grâce aux plans de sauvegarde accordés par la zone euro et le Fonds monétaire international (FMI) pour lui éviter une faillite. Le gouvernement de M. Samaras va essayer de renégocier certaines parties de ces plans, mais s'assurera que le pays reste dans la zone euro, ont fait savoir les services du premier ministre dans un communiqué.

«L'objectif (du gouvernement) est de lutter contre la crise, d'ouvrir la voie du développement et de revoir les termes de l'accord (sur les plans d'aide) sans mettre en péril la direction européenne du pays ou sa présence dans l'euro», précise le communiqué.

Le nouveau gouvernement compte au total 38 ministres, dont M. Rapanos, 65 ans, qui occupera le poste premier ministre.

À Bruxelles, le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, s'est réjoui de la formation de ce nouveau gouvernement, affirmant que l'Union européenne continuera à travailler avec Athènes pour ramener la croissance et les créations d'emplois.

«Je suis particulièrement rassuré par le fait que la nouvelle administration pourra compter sur un large soutien parlementaire», a-t-il déclaré dans un communiqué. «Je crois que cela envoie un signal clair de la détermination de la Grèce à honorer ses engagements et à rester dans l'euro.»

PLUS:pc