NOUVELLES
20/06/2012 07:54 EDT | Actualisé 20/08/2012 05:12 EDT

Trois jeunes hommes accusés de terrorisme en marge du sommet de l'OTAN à Chicago

CHICAGO - Trois jeunes manifestants opposés au sommet de l'OTAN à Chicago au mois de mai font face à quatre accusations à caractère terroriste, après avoir planifié une attaque contre le quartier général de campagne du président Barack Obama dans cette ville avec des cocktails Molotov, selon l'acte d'accusation obtenu par l'Associated Press mercredi.

Les autorités ont arrêté Brian Church, Jared Chase et Brent Vincent Betterly quelques jours avant le sommet à Chicago en vertu des lois antiterroriste de l'Illinois, qui n'avaient jamais été invoquées auparavant. Les trois jeunes hommes, tous âgés dans la vingtaine, sont détenus depuis.

Ils sont notamment accusés de complot visant à commettre un acte terroriste et de soutien matériel au terrorisme, les deux accusations en vertu desquelles ils ont été arrêtés. S'ils sont reconnus coupables, il pourraient passer des dizaines d'années en prison.

Les avocats de la défense ont indiqué que les trois hommes avaient l'intention de plaider non coupable lors de leur mise en accusation formelle le 2 juillet.

L'un des avocats de Brian Church, Michael Deutsch, a déclaré que les accusations semblaient être liées à la possession alléguées de bombes artisanales par les trois jeunes hommes.

Lors d'une audience la semaine dernière, les avocats de la défense avaient réclamé l'acte d'accusation en se plaignant de ne pas avoir de détails sur les accusations et les preuves récoltées. Les procureurs avaient alors répondu que les détails seraient dévoilés lors de la mise en accusation formelle.

Mais un exemplaire de l'acte d'accusation était disponible cette semaine au bureau du district judiciaire du comté de Cook, a indiqué Sarah Gelsomino, une autre avocate de Brian Church qui a transmis le document à l'Associated Press.

«Il est très inhabituel que les procureurs refusent de nous parler à toutes les étapes du processus», a déclaré Me Gelsomino. «Le fait que nous n'ayons pas pu obtenir l'acte d'accusation directement des procureurs parle de lui-même.»

«Je pense que cela fait partie d'une stratégie continue pour rendre l'affaire sensationnelle afin qu'elle paraisse plus dangereuse qu'elle ne l'est en réalité», a estimé Me Deutsch.

L'acte d'accusation ne donne aucun détail sur les preuves récoltées contre les suspects.

PLUS:pc