Pauline Marois remporte le «championnat d'hypocrisie» en ne portant plus le carré rouge, dit Jean Charest

Publication: Mis à jour:
PAULINE MAROIS
PC

RIO DE JANEIRO - La chef péquiste Pauline Marois remporte le «championnat d'hypocrisie» en décidant de ne plus porter le carré rouge, selon l'opinion lapidaire émise mercredi par Jean Charest.

Il a réagi ainsi aux commentaires de son adversaire péquiste, qui a annoncé, dans une entrevue avec Paul Arcand à la station de radio 98,5 qu'elle n'allait plus porter le carré rouge identifié au mouvement étudiant contre la hausse des droits de scolarité.

D'ailleurs, le carré est invisible dans la vidéo du message de la fête nationale de Mme Marois, que le Parti québécois a mis en ligne sur son site mardi.

Mme Marois porte le carré rouge depuis plusieurs mois, même en Chambre, avec presque tout son caucus, ce que lui a pratiquement reproché le chef libéral tous les jours, à la période de questions. Elle a souvent rétorqué qu'elle était fière de porter un symbole qui signifiait entre autres l'équité, à ses yeux.

À Rio de Janeiro, au Brésil, où il assiste à la Conférence des nations unies sur le développement durable, M. Charest n'a pas pu s'empêcher d'attaquer sa rivale.

«Si elle ne porte pas le carré rouge, franchement, elle gagne un championnat d'hypocrisie, après avoir porté le carré rouge, après avoir pris 10 positions différentes sur la question du financement des universités et les droits de scolarité», a-t-il lâché dans un point de presse à l'extérieur du centre des congrès de Rio.

Il l'a blâmée pour avoir enlevé son carré au moment où, selon lui, des questions difficiles se posent.

«Les Québécois jugent assez sévèrement ce genre d'hypocrisie politique», a-t-il conclu.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Elle court elle court la rumeur d'élections au Québec
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Pauline Marois abandonne le carré rouge

Après le carré rouge, le ruban mauve

Violence et carré rouge: la ministre St-Pierre refuse de s'excuser

« Carré rouge de l'intimidation et de la violence »