NOUVELLES
20/06/2012 02:47 EDT | Actualisé 20/08/2012 05:12 EDT

Les heurts entre tribus en Libye ont fait 105 morts en une semaine

Au moins 105 personnes ont été tuées et 500 blessées dans les heurts entre tribus qui ont duré une semaine au sud-ouest de Tripoli, a indiqué une source officielle libyenne mercredi, ajoutant que le calme était revenu dans cette région montagneuse.

"Le bilan des heurts dans les régions de Cheguiga et Zenten a atteint 105 morts et plus de 500 blessés" a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement Nasser al-Manaa.

Ce constat intervient quatre jours après un appel au calme des autorités qui ont déclaré "zone militaire" plusieurs villes dont Cheguiga et Zenten.

"Il a été difficile au début pour l'armée d'intervenir directement, par crainte de faire des victimes civiles supplémentaires", a indiqué M. Manaa, ajoutant que le calme avait été rétabli grâce à des médiations au plus haut niveau. "La situation a été calme, sans heurt, ces deux derniers jours".

Le ministère de la Santé a dû envoyer 42 ambulances et des dizaines de docteurs afin d'évacuer les blessés, et fournir aux hôpitaux locaux de l'équipement d'urgence, selon lui.

Le chef des urgences de l'hôpitam de Gheriane, ville proche des lieux des heurts, a indiqué à l'AFP avoir dénombré 78 morts, en vaste majorité membres de la tribu des Machachia.

Il a confirmé qu'il n'y avait plus de combats depuis lundi, ajoutant que "la situation est très stable désormais, je crois que nous sommes parvenus à la paix".

Les violences, qui ont débuté le 11 juin autour des localités de Cheguiga et Mezda, opposent des membres de la tribu des Machachia à des groupes armés de la tribu de Gontrar et de la ville de Zenten, à 170 km au sud-ouest de Tripoli.

Plusieurs sources ont expliqué à l'AFP que le conflit avait éclaté après la mort d'un habitant de Zenten à un poste de contrôle des Machachia.

Les membres de cette tribu accusent pour leur part la brigade de Zenten d'avoir pilonné leur village de Cheguiga, avec des chars et des roquettes.

Les relations entre habitants de Zenten et Machachia se sont envenimées depuis le début du soulèvement contre le régime Kadhafi en février 2011. Les brigades de Zenten accusent les Machachia d'avoir soutenu l'ancien régime.

En décembre, des combats entre ces deux camps avaient déjà fait au moins quatre morts.

Selon M. Manaa, une brigade de l'armée a été déployée entre les adversaires pour prévenir toute nouvelle effusion de sang.

dsg/cnp/feb

PLUS:afp