NOUVELLES
20/06/2012 12:55 EDT | Actualisé 20/08/2012 05:12 EDT

Le Parlement déclaré illégal, le Koweït en crise

La Cour constitutionnelle koweïtienne a déclaré mercredi illégal le Parlement dominé par l'opposition, et rétabli la chambre précédente, ouvrant une nouvelle crise dans cet émirat pétrolier du nord du Golfe coutumier des litiges politiques.

Ce jugement est un "coup porté à la Constitution", a dénoncé le député Mussallam al-Barrak, appelant l'opposition à s'unir face à cette décision.

"La Cour constitutionnelle déclare inconstitutionnel le décret de l'émir convoquant les élections en 2012 et ordonne de rétablir l'assemblée précédente", a annoncé l'agence officielle Kuna, un jugement confirmé par l'avocat Yacoub al-Sane, qui a introduit la requête devant la Cour.

Dans ses attendus, "la Cour déclare nulles les élections législatives du 2 février et invalide les mandats des candidats déclarés vainqueurs".

"Le Parlement précédent reprend ses prérogatives constitutionnelles comme s'il n'a pas été dissous", ajoute cette juridiction aux jugements sans appel.

Au moins 16 élus de l'opposition au sein du Parlement rétabli ont démissionné pour dénoncer le jugement, expliquant qu'ils ne seraient "pas fiers de siéger dans une Assemblée qui a été rejetée par le peuple".

Treize élus pro-gouvernementaux du Parlement rétabli avaient été interrogés l'année dernière par le procureur général pour avoir reçu environ 350 millions de dollars, des pots-de-vin selon l'opposition.

Le gouvernement a tenu une réunion de crise pour évaluer les conséquences du jugement. Il a décidé de se réunir à nouveau jeudi pour examiner les moyens de mettre en oeuvre le jugement de la Cour constitutionnelle, selon le ministre de l'Information, cheikh Mohammad Abdallah Al-Sabah.

Nouvelles élections ? --------------------

L'analyste politique Anwar al-Rasheed a estimé que ce jugement ne manquerait pas d'exacerber les tensions politiques à moins d'une dissolution par l'émir du Parlement rétabli et de la tenue de nouvelles élections législatives.

"Ce jugement historique va certainement intensifier la crise politique dans un pays sous tension depuis longtemps", a déclaré M. Rasheed. "Le seul moyen d'éviter la crise est de dissoudre l'Assemblée rétablie et la tenue le plus vite possible de nouvelles élections".

Ce jugement intervient deux jours après un décret de l'émir cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah suspendant le Parlement pour un mois. Cette mesure visait à calmer les tensions entre le Parlement et le gouvernement, où les postes clés sont détenus par des membres de la dynastie Al-Sabah.

En décembre 2011, l'émir avait dissous le Parlement pour la quatrième fois en moins de six ans, à la suite de protestations sans précédent contre l'exécutif accusé d'incompétence, voire de corruption, et des législatives anticipées se sont tenues en février.

Me Sane a précisé avoir saisi la Cour constitutionnelle à la demande d'un ex-député et ancien membre du gouvernement, Ali al-Rache.

Après la démission en novembre 2011 du Premier ministre, l'émir avait chargé cheikh Jaber Moubarak Al-Sabah de former un nouveau gouvernement. Or celui-ci a gardé les mêmes ministres, ce qui est contraire à la Constitution.

Membre de l'Opep, le Koweït, première monarchie du Golfe à avoir un Parlement élu, connaît des crises politiques à répétition depuis 2006, attribuées aux luttes de pouvoir au sein de la famille princière des Al-Sabah qui règne depuis plus de 250 ans.

Le gouvernement a démissionné à sept reprises et le Parlement a été dissous quatre fois en 2006, 2008, 2009 et fin 2011.

oh/at/mh/feb

PLUS:afp