Coalition de l'opposition: Québec Solidaire prêt à rencontrer le médiateur

Publication: Mis à jour:

Québec Solidaire a répondu mercredi à l'idée d'un front uni des partis d'opposition lancée la semaine dernière par de nombreuses personnalités québécoises.

Dans une lettre ouverte, le collectif Front uni invitait le Parti québécois, Québec solidaire, Option nationale et les députés indépendants à créer une coalition pour défaire les libéraux aux prochaines élections.

Le député Amir Khadir et sa co-porte-parole Françoise David se disent prêts à rencontrer le médiateur proposé par le collectif, soit le président de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) Réjean Parent. M. Parent quittera ses fonctions à la CSQ à la fin du mois.

«Il nous paraît évident que remplacer un politicien traditionnel par un autre à la tête du gouvernement sans une perspective qui puisse déboucher sur des changements substantiels, est irrecevable pour les femmes et les hommes, nombreux et mobilisés depuis quatre mois et qui ont une ambition plus grande pour l’avenir du Québec, a dit Amir Khadir par voie de communiqué. C’est avec cette idée en tête que nous acceptons de rencontrer M. Réjean Parent, comme médiateur, pour trouver le moyen de déloger le gouvernement Charest [...].»

Québec solidaire pose toutefois deux conditions «essentielles». D'abord, les partis doivent s'engager avant l'élection suivante à réaliser une réforme du mode de scrutin «laissant une place importante à la proportionnelle», en plus de «respecter scrupuleusement les lois en vigueur sur le financement des partis politiques et proposer des solutions pour limiter les dépenses électorales au Québec.»

Dans un deuxième temps, les partis devront s'engager dans les six premiers mois de leur mandat à:

  • abroger la loi 78
  • amnistier les personnes et organismes sanctionnés en vertu de cette loi
  • abolir la hausse des droits de scolarité
  • abolir la contribution santé et ajouter un ou des seuils d'imposition sur les revenus des contribuables riches
  • procéder à la refonte en profondeur de la loi sur les mines

Toutefois, Québec solidaire affirme que les arrangements conclus dans le cadre d'une coalition seraient «ponctuels et limités».

Le communiqué de Québec Solidaire décoche d'ailleurs une salve en direction du Parti québécois. «Malgré l’adoption de certaines politiques sociales progressistes, les gouvernements du Parti québécois nous ont profondément déçus à bien des égards, a dit Françoise David. Dernièrement encore, le PQ n’a cessé de tergiverser face aux revendications étudiantes. Ce parti pourrait avoir trempé dans des manœuvres illégales visant à remplir sa caisse électorale.»

De son côté, le chef d'Option nationale Jean-Martin Aussant s'est également dit prêt cette semaine à ne pas présenter des candidats dans certaines circonscriptions afin de favoriser l'élection d'un candidat souverainiste.

Selon le communiqué de Québec solidaire, une entente serait déjà en vue avec Option nationale. Si ce dernier ne présente pas de candidat dans la circonscription de Gouin, où Françoise David espère se faire élire, Québec Solidaire ne fera pas compétition à Jean-Martin Aussant dans sa circonscription de Nicolet-Yamaska.

Sur le web

Québec solidaire

Conflit étudiant | Grève, conflit, étudiants, droits de scolarité, Québec ...

10+1 questions avec Gilbert Rozon | Nathalie Collard | Actualités

L'Assemblée nationale demande le respect des injonctions | Paul ...

Suspension jusqu'en août - Le Journal de Québec