Huffpost Canada Quebec qc

Euro-2012: Le but de l'Ukraine était valable, selon le chef des arbitres Pierluigi Collina (VIDÉO/PHOTOS)

Publication: Mis à jour:

Pierluigi Collina, responsable de l'arbitrage à l'UEFA, a qualifié mercredi d'erreur "humaine" le but valide non accordé lors de Angleterre-Ukraine (1-0) mardi soir, insistant sur le fait que c'était "le seul problème" sur les 24 matches de l'Euro-2012 joués jusqu'ici.

"Se tromper c'est une chose, mais il s'agit de s'être trompé de quelques centimètres, et non pas de 50 centimètres comme cela a pu être écrit, l'erreur est humaine, ça aurait été mieux de ne pas l'avoir, mais néanmoins, c'est le seul problème sur une longue expérience avec beaucoup de matches", a commenté Collina.

"Honnêtement, je ne sais pas si une seule erreur peut tout changer après 3 ans de travail (sur l'arbitrage à cinq), car la majorité des décisions a été positive, je le répète, j'espère que tout ce qui a été fait sera considéré", a-t-il ajouté. Le patron des arbitres de l'UEFA a rappelé que 95,7 % des décisions des arbitres-assistants avaient été justes.

M. Collina a élevé une fois le ton en conférence de presse quand un journaliste ukrainien lui a demandé de redire que le but était valable et que cela avait entraîné l'élimination de l'Ukraine, pays-hôte.

"Je ne pense pas que ce soit nécessaire de le répéter, c'est une erreur, et l'erreur est humaine, mais je vois qu'on se souvient des erreurs des arbitres, ne me forcez pas à parler des autres erreurs sur le terrain, ne venant pas des arbitres, car il y en a eu, là aussi, c'est normal, c'est humain, malheureusement, je le redis c'était une erreur", a-t-il dit sur un ton sec.

L'arbitre de ce match, le Hongrois Viktor Kassai fait d'ailleurs partie des quatre arbitres centraux qui quittent le tournoi européen après la phase de groupes et n'arbitreront pas les 7 matches qui restent (quarts, demi-finales, finale). Les autres directeurs de jeu qui ne sont pas conservés sont l'Allemand Wolfgang Stark, le Néerlandais Bjorn Kuipers et l'Espagnol Carlos Velasco Carballo. Cet écrémage était prévu à ce stade de la compétition mais prend un relief nouveau avec le départ, logique, de M. Kassai.

"Il y a une chose qui doit être clairement dite: M. Kassai n'est pas responsable (un des arbitres assistants de son équipe l'est, ndlr). Comment dire cela ? Mais la pression aurait été difficile pour lui, vous la presse êtes là, intéressés par cette situation, mais je dois dire que c'est un des meilleurs en Europe. Mais c'était mieux pour lui de ne plus être au tournoi", a-t-il ajouté.

L'arbitrage à cinq a subi un coup dur mardi à l'Euro avec un but qui aurait dû être accordé à l'Ukraine face à l'Angleterre, ce qui a poussé Joseph Blatter, président de la Fifa, à rappeler son soutien à la technologie sur la ligne de but.

"Après le match d'hier, la technologie sur ligne de but n'est plus une possibilité, c'est une nécessité", écrit en anglais Blatter sur son compte Twitter.

L'intervention du grand patron du football mondial n'est pas anodine, alors que cet Euro en Ukraine et en Pologne était l'occasion de tester pour la première fois l'arbitrage à cinq lors d'un grand tournoi international.

Or, malgré la présence d'un assistant supplémentaire placé à la hauteur de la ligne de but, l'arbitre hongrois Viktor Kassai n'a pas accordé mardi de but à l'Ukraine alors que le tir contré de Devic avait manifestement franchi la ligne avant d'être dégagé par l'Anglais Terry. L'Angleterre menait alors 1-0, score sur lequel elle s'est finalement imposée.

Une erreur sur 1000 cas

Gianni Infantino, secrétaire général de l'UEFA, a insisté mercredi sur le fait que le but valable non accordé lors d'Angleterre-Ukraine (1-0), mardi à l'Euro-2012, était "1 erreur sur 1.000 cas en 3 ans" d'expérimentations sous l'égide de l'Union européenne du football.

"Il y a eu une erreur sur 1.000 cas en 3 ans d'expérimentations de l'arbitrage à cinq (dans les compétitions européennes de clubs puis pour la première fois dans un Euro), c'est une erreur humaine, de quelques centimètres, mais de notre point de vue, globalement depuis trois ans, c'est très positif", a commenté M. Infantino, en conférence de presse.

"Nous avions prévu une conférence de presse aujourd'hui (mercredi), et hier soir (mardi) il y a eu cette erreur, c'est le destin, ce n'est pas de chance, mais nous pouvons être heureux de tout ce qui a été fait, nous pouvons féliciter Pierluigi (Collina, patron des arbitres de l'UEFA) pour son travail", a-t-il poursuivi.

"Le Board (organe garant des lois du jeu) prendra une décision le 5 juillet sur la technologie sur la ligne de but, deux systèmes sont actuellement testés, mais pour l'instant rien ne nous dit que ces systèmes sont fiables à 98%", a conclu M. Infantino.

L'UEFA, et son président Michel Platini, sont opposés à l'aide à la vidéo pour l'arbitrage, militant pour des arbitres additionnels, alors que Joseph Blatter, président de la Fifa est favorable à un apport de la technologie.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Fans of Euro 2012
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction