NOUVELLES

Avec Romney, moins d'impôts "pour les millionnaires", dit le camp Obama

20/06/2012 12:12 EDT | Actualisé 20/08/2012 05:12 EDT

L'équipe de campagne de Barack Obama a diffusé mercredi un nouveau clip vidéo dans lequel elle dépeint le candidat républicain à la présidentielle Mitt Romney comme un partisan des baisses d'impôts, "mais pour les millionnaires comme lui".

Cette vidéo est la dernière en date du camp Obama qui cherche à démontrer que M. Romney est "déconnecté" des classes moyennes.

"En tant que gouverneur", explique la voix-off du clip en référence à l'époque où le candidat républicain était à la tête du Massachusetts (nord-est), "Mitt Romney a effectivement supprimé des impôts, mais pour les millionnaires comme lui".

"Dans le même temps, il augmentait les impôts et les taxes pour tous les autres", poursuit la vidéo, qui montre des images de familles américaines, suggérant qu'elles ont été victimes de ces augmentations d'impôts.

"Plus d'un millier de hausses de taxes... sur la couverture maladie, les trajets en bus scolaires", poursuit la voix-off, qui égrène une longue liste de secteurs frappés par les mesures qu'auraient prises M. Romney.

L'équipe de campagne du président américain tente de présenter le bilan de M. Romney à la tête du Massachusetts sous un mauvais jour pour convaincre les électeurs que ses recettes seraient désastreuses au niveau national.

Autre angle d'attaque: le passé d'homme d'affaires de M. Romney, qui a fait fortune en dirigeant le fonds d'investissement Bain Capital. Dans une autre vidéo, les démocrates accusent le candidat républicain d'avoir été un "pilleur d'entreprises".

Le camp Romney a réagi en dénonçant des "mensonges" destinés à "détourner l'attention de l'échec de la politique du président qui a entraîné hausse du chômage et baisse des salaires".

"Après quatre ans de présidence Obama, notre économie n'est pas en meilleur état", affirme une vidéo des républicains diffusée en anglais et en espagnol, M. Romney cherchant, comme M. Obama, à s'attirer les voix des Hispaniques, un électorat capital pour la présidentielle de novembre.

"Pendant que M. Obama jouait à faire de la politique, les Hispaniques souffraient", dit la vidéo.

mlm/eg/mdm

PLUS:afp