NOUVELLES

Syrie: une ONG demande à l'ONU de faire cesser les tueries à Homs

19/06/2012 07:16 EDT | Actualisé 19/08/2012 05:12 EDT

Une organisation syrienne a appelé l'ONU à intervenir pour "faire cesser les tueries" à Homs, dans le centre de la Syrie, alors que les autorités de Damas affirment avoir tenté en vain de faire sortir les civils bloqués dans cette ville.

L'opposition syrienne a accusé l'armée d'assiéger des quartiers de ce bastion rebelle et de le bombarder quotidiennement, tuant des dizaines de personnes.

Dans un communiqué, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) a demandé au secrétaire général de l'ONU Ban Ki-Moon d'"agir selon sa conscience face aux bombardements terrifiants sur les quartiers d'al-Khaldiyé, Jouret al-Chiyah et ceux du vieux Homs".

Selon l'OSDH, dans ces quartiers "se trouvent toujours plus de 1.000 familles empêchées de quitter leurs maisons par les bombardements et les opérations militaires, vivant dans des conditions humaines terribles".

L'organisation "déplore le fait que l'ONU n'ait pas répondu aux demandes répétées de l'OSDH pour prendre toutes les mesures visant à faire cesser les tueries organisées dont fait l'objet le peuple syrien à Homs".

L'OSDH s'adresse dans son communiqué également au chef de la Ligue arabe Nabil al-Arabi, ainsi qu'aux différentes organisations des droits de l'Homme.

Le gouvernement syrien s'est dit "prêt à sortir ses citoyens, assiégés par les groupes terroristes armés", nom donné par les autorités à l'opposition, dont elle ne reconnaîssent par l'ampleur.

"Les parties syriennes concernées déploient depuis une semaine tous les efforts pour les sortir des zones (contrôlées) par les groupes armés vers des lieux plus sûrs", a-t-il soutenu.

"Des contacts ont été engagés avec le chef des observateurs de l'ONU et les autorités locales à Homs pour faciliter le départ des citoyens innocents mais les bons offices des observateurs n'ont pas abouti", a dit le ministère syrien des Affaire étrangères dans un communiqué publié par l'agence Sana.

Le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, a affirmé ce week-end que 30.000 soldats et membres de milices pro-gouvernementales assiégeaient la ville de Homs bombardée sans relâche depuis plusieurs jours par les troupes du régime.

Le chef de la mission de l'ONU en Syrie, le général Robert Mood, qui avait annoncé samedi la suspension des opérations des observateurs, a appelé dimanche le régime et l'opposition à "autoriser femmes, enfants, personnes âgées et blessés à quitter les zones de conflit, sans aucune condition préalable".

rm/cnp

PLUS:afp