NOUVELLES

Pilonnage de bastions rebelles en Syrie, sabotage de deux oléoducs

19/06/2012 06:37 EDT | Actualisé 19/08/2012 05:12 EDT

Trente-six personnes sont mortes mardi dans des violences à travers la Syrie, où l'armée a attaqué des bastions rebelles, tandis des combats faisaient rage à Homs (centre), a indiqué une ONG syrienne, en faisant également état du sabotage de deux oléoducs.

La ville de Rastane, dans la province de Homs, a été la cible de violents bombardements des troupes régulières qui tentent d'en reprendre le contrôle depuis février, a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Un civil y a été tué.

Dans la ville même de Homs, à la pointe de la contestation contre le régime de Bachar al-Assad, des combats ont opposé les soldats à des militaires dans le quartier de Baba Amr repris en mars par les forces régulières.

Un combattant rebelle a qualifié de "virulents" les combats opposant depuis plusieurs jours l'Armée syrienne libre (ASL), composée en partie de déserteurs, à l'armée régulière dans la périphérie de Baba Amr.

"Nous continuons de nous battre mais nous ne sommes pas encore entrés à Baba Amr. Notre objectif est de reprendre le quartier", a dit ce combattant, Nasser Nahhar, à l'AFP via Skype.

Deux civils et deux rebelles, dont un commandant, ont été tués à Homs, a rapporté l'ONG.

L'OSDH a fait par ailleurs état d'une "explosion survenue sur un oléoduc traversant cette région", sans donner davantage de précision.

Plus au nord, dans la ville de Hama, le quartier d'Arbaïn a été bombardé alors que trois civils ont été tués par balles dans un autre secteur de la ville où une puissante explosion a secoué la zone d'Andalous.

"Quelque chose de gros est en train de se passer. Nous avons peur de ce qui pourrait se produire ici", a dit un militant, Abou Ghazi al-Hamwi, joint via Skype.

Dans le nord du pays, un civil a été tué par balle à Alep, deuxième ville de Syrie, dans la nuit de lundi à mardi alors qu'il participait à une manifestation contre le régime, selon l'OSDH, faisant état plus tard de combats à Aazaz, dans la province d'Alep, où un rebelle a été tué.

Dans la province de Damas, l'armée a continué de bombarder pour le second jour consécutif la ville de Douma, où cinq civils, dont un enfant, ont péri, a précisé l'OSDH.

De violents combats se sont en outre déroulés entre l'armée et des rebelles dans le village de Khirbet al-Joze dans la région d'Idleb (nord-ouest), près de la frontière turque, a poursuivi l'ONG, précisant que "l'armée tire au canon de char".

A Deir Ezzor (est), les forces armées ont pris d'assaut le quartier de Joura, tuant trois civils, selon l'OSDH.

Dans la même province, un oléoduc a pris feu dans la matinée dans la localité d'al-Qouria, après avoir été visé par une bombe, a indiqué la même source.

L'agence officielle Sana a accusé "un groupe terroriste" d'avoir placé une charge explosive sur l'oléoduc au sud du village d'al-Qouria. "Le pompage du pétrole a été stoppé et devrait reprendre dans les prochains jours après des réparations", a-t-elle indiqué.

Le régime accuse des groupes armés de chercher à semer le chaos dans le pays, mais l'opposition affirme que le pouvoir est impliqué dans les attaques contre les infrastructures.

Au moins 18 membres des forces gouvernementales ont été tués dans les provinces de Hama, Deir Ezzor, Alep, Deraa, Homs, Damas et Homs, selon l'OSDH.

Enfin plusieurs civils ont été blessés lors de l'assaut lancé par les forces gouvernementales sur la localité d'al-Naïmé dans la province de Deraa, berceau de la contestation dans le sud.

Lundi, 94 personnes, dont 63 civils, avaient été tuées dans les violences, d'après l'OSDH.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit examiner mardi à partir de 20H00 GMT l'avenir de la mission d'observation en Syrie, suspendue en raison de l'intensification des violences.

rm-feb/cco

PLUS:afp