NOUVELLES

L'OCDE incite le Canada à reculer sur ses coupes dans l'aide internationale

19/06/2012 06:53 EDT | Actualisé 19/08/2012 05:12 EDT

OTTAWA - Le Canada se doit de reculer sur ses coupes projetées dans l'aide internationale et d'établir une vision claire du développement outre-mer, estime un nouveau rapport.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), établie à Paris, a affirmé mardi qu'une décennie de progrès par le Canada, au cours de laquelle le pays a doublé la valeur de ses contributions à l'aide internationale, pourrait être effacée par les récentes coupes budgétaires dans le développement international.

Le plus récent budget fédéral sabre 380 millions $, ou 7,5 pour cent du budget annuel d'aide de 5,3 milliards $.

Le rapport presse le Canada d'adopter un plan pour faire grimper sa contribution du niveau actuel de 0,31 pour cent du revenu national brut (RNB) à 0,7 pour cent, une cible d'aide internationale embrassée pour la première fois par l'ancien premier ministre canadien Lester B. Pearson.

Selon l'OCDE, bien que le Canada ait fait d'importants accomplissements en Haïti et en Afghanistan, il lui manque toujours une vision plus large de ce qu'il compte réaliser en termes de développement dans les pays du Tiers-monde.

L’examen par les pairs consacré au Canada a été orchestré sur une période de six mois par le Comité d'aide au développement de l'OCDE, avec le concours de la France et des Pays-Bas.

«La nouvelle approche de l'aide canadienne n'est pas pour l'instant soutenue par des balises de prises de décision efficientes et transparentes, compliquant ses processus et sa reddition de comptes», a dit l'organisme.

La ministre de la Coopération internationale, Bev Oda, a affirmé par communiqué qu'Ottawa examinerait avec attention les conclusions du rapport car le Canada «accorde de la valeur» à ce processus de révision par les pairs. Mme Oda n'a pas répondu directement aux principales critiques émises dans le rapport.

Oxfam Canada a dit espérer que ces constatations émanant de l'OCDE puissent persuader le gouvernement fédéral de reculer sur ses coupes projetées dans l'aide internationale.

PLUS:pc