NOUVELLES
19/06/2012 07:35 EDT | Actualisé 19/08/2012 05:12 EDT

Les Haïtiens de l'étranger auront plus de droits avec la nouvelle Constitution

PORT-AU-PRINCE, Haïti - Les Haïtiens qui vivent à l'étranger auront désormais le droit de posséder des terres dans leur pays d'origine et de se porter candidats à certains postes élus, en vertu de la version amendée de la Constitution haïtienne rendue publique mardi.

Ces changements dans la Constitution surviennent plus d'un an après que les parlementaires haïtiens eurent tenté de changer l'ancienne loi fondamentale afin d'autoriser la double citoyenneté des Haïtiens.

Le président Michel Martelly avait révoqué cet amendement tout juste avant qu'il ne soit publié officiellement.

On ne sait pas très bien pourquoi le président Martelly a bloqué l'initiative, mais il aurait finalement changé d'idée sous la pression internationale.

Environ deux millions d'Haïtiens vivent à l'extérieur de leur pays d'origine, principalement au Canada et aux États-Unis.

Ces expatriés souhaitent depuis longtemps jouer un plus grand rôle dans les affaires politiques de leur pays d'origine.

«La question de la double nationalité, qui créait des divisions entre la diaspora et les gens ici en Haïti, a été résolue», a dit le président Martelly devant les journalistes réunis au Palais national à Port-au-Prince, en présence de diplomates et de parlementaires. «Tous les Haïtiens sont Haïtiens.»

Grâce à l'argent qu'ils font parvenir à leurs proches restés au pays, les Haïtiens de l'étranger contribuent pour environ 25 pour cent du produit intérieur brut (PIB) de leur pays d'origine.

PLUS:pc