NOUVELLES

Le financement en biotechnologie a atteint 740 millions $ US en 2011 au Canada

19/06/2012 02:27 EDT | Actualisé 19/08/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les capitaux mobilisés par le secteur canadien de la biotechnologie se sont chiffrés à plus de 740 millions $ US en 2011, une augmentation de 53 pour cent par rapport à 2010, a révélé mardi un rapport de la firme Ernst & Young.

Cette croissance du financement est attribuable à un vague de résultats cliniques positifs, a estimé la firme de services consultatifs, qui a en outre observé une nouvelle détérioration de la performance financière du secteur biotechnologique en 2011.

Depuis la crise de 2008, le secteur canadien de la biotechnologie a adopté des mesures de compression des coûts et amélioré l'ensemble de ses pratiques commerciales, a expliqué dans un communiqué Paul Karamanoukian, associé et leader national du secteur des sciences de la vie d'Ernst & Young.

Selon M. Karamanoukian, l'efficacité serait ainsi devenue un élément essentiel au sein de ces entreprises.

Le Québec s'est classé en 2011 au premier rang en ce qui a trait au financement total des sociétés ouvertes et au financement par capital de risque, ravissant le titre de «champion» à la Colombie-Britannique, qui l'avait obtenu l'année précédente. La Belle Province a ainsi récolté 50 pour cent du financement total, avec 372,6 millions $ US. L'Ontario suit, avec 24 pour cent du financement, ou 177,3 millions $ US, ajoute le rapport d'Ernst & Young.

Les résultats préliminaires du premier trimestre de 2012 laissent entrevoir un redressement du secteur de la biotechnologie, a poursuivi M. Karamanoukian, ce qu'il attribue notamment aux programmes de relance annoncés par le gouvernement du Canada et certaines provinces.

Le nombre de sociétés biotechnologiques canadiennes à capital ouvert a peu fluctué en 2011 et s'est établi à 71. Leurs revenus ont toutefois chuté de 21 pour cent par rapport à 2010, pour totaliser 998 millions $ US.

Les dépenses en recherche et développement ont aussi reculé de quatre pour cent en 2011, pour atteindre 431 millions $ US, a précisé Ernst & Young, ajoutant que la situation de l'emploi du secteur avait également souffert.

PLUS:pc