NOUVELLES

Corans brûlés à Bagram: l'armée américaine recommande des sanctions

19/06/2012 07:12 EDT | Actualisé 19/08/2012 05:12 EDT
AFP

L'armée américaine a recommandé que des sanctions administratives soient prises à l'encontre de sept militaires qui avaient brûlé des exemplaires du Coran sur la base afghane de Bagram en février, a affirmé un responsable américain sous couvert d'anonymat.

Il revient maintenant à l'officier supérieur de ces six soldats de l'US Army et d'un septième de l'US Navy de suivre ou non ces recommandations, qui écartent en revanche toute poursuite criminelle à leur encontre.

Une sanction administrative peut aller jusqu'au renvoi de l'armée.

"L'enquête est terminée et en attente d'examen", a de son côté affirmé un porte-parole de l'US Army (armée de Terre), George Wright.

Les Corans, confisqués parce que des détenus s'en servaient pour communiquer entre eux, avaient été incinérés le 21 février sur l'immense base aérienne de Bagram, au nord de Kaboul, vraisemblablement à la suite d'une négligence.

Cette affaire avait provoqué plusieurs jours de manifestations meurtrières en Afghanistan malgré les excuses présentées par les Etats-Unis, les talibans appelant à "tuer" des soldats étrangers pour "défendre le livre saint".

Plusieurs meurtres de soldats de la coalition internationale par des membres des forces afghanes, notamment à l'intérieur même du ministère afghan de l'Intérieur, sont soupçonnés d'être liés à cette affaire.

Depuis le début de l'année, l'action des Etats-Unis en Afghanistan a été émaillée de scandales impliquant des soldats américains.

Le 11 janvier, la diffusion d'une vidéo amateur, filmée en Afghanistan et montrant quatre Marines hilares urinant sur trois corps ensanglantés, avait déjà été unanimement condamnée aux Etats-Unis et ailleurs.

Le 11 mars, un sergent de 38 ans, Robert Bales quittait sa base du district de Panjwayi (province de Kandahar - sud) au milieu de la nuit, avant de tuer 17 civils dans deux villages voisins et de brûler leurs cadavres.

Enfin le 18 avril, le Los Angeles Times publiait des photos prises en 2010 de soldats américains posant hilares au côté de cadavres d'insurgés afghans, dont certains démembrés.

mra-ddl/gde