NOUVELLES

Afrique du Sud: le vainqueur de l'ultramarathon des Comrades était dopé

19/06/2012 12:18 EDT | Actualisé 19/08/2012 05:12 EDT

Le Sud-Africain Ludwick Mamabolo, vainqueur du mythique ultramarathon des Comrades début juin, risque de perdre son titre après avoir fait l'objet d'un contrôle antidopage positif, a annoncé mardi l'autorité de contrôle.

Mamabolo, 35 ans, avait mis 5 h 31 min 3 sec pour parcourir les 90 km de cette course d'endurance dans les collines du Kwazulu-Natal, entre Pietermaritzburg et Durban (est).

Il était le premier Sud-Africain à s'imposer depuis 2005 dans cette épreuve qui, par le nombre de participants (près de 20.000 cette année) et la foule de spectateurs tout le long du parcours, en fait un spectacle digne du Tour du France cycliste.

Mamabolo a été contrôlé "positif au méthylhexanéamine, une substance interdite. Il pourrait être suspendu deux ans et perdre son titre s'il est jugé coupable par un tribunal indépendant", a indiqué l'institut sud-africain pour un sport sans dopage (SAIDS).

Le méthylhexanéamine est un euphorisant qui aiguise les sens et l'énergie, et peut masquer la fatigue, qui ne manque pas de survenir dans cette course que les moins aguerris terminent en civière ou à quatre pattes.

La course, qui attire de nombreux amateurs, a connu un cas retentissant de dopage, le vainqueur 1992 Charl Mattheus qui se vit retirer son titre, bien qu'il ait expliqué avoir pris un médicament contenant la substance interdite. En 2010, un coureur sud-africain, arrivé 3e, Sergio Motsoeneng fut aussi contrôlé positif.

Les "Comrades" perpétuent depuis l'origine, en 1921, une singularité: une ambiance de kermesse populaire et le traitement de héros accordé aux derniers classés qui ont droit aux mêmes honneurs que les meilleurs.

clr/cpb/jr

PLUS:afp