Quelques adolescents sont venus assister à la première comparution du tueur et dépeceur présumé d'un étudiant chinois, Luka Rocco Magnotta, mardi au palais de justice de Montréal, au lendemain de son extradition d'Allemagne.

Parmi ces adolescents, trois garçons de treize ans, dont l'un dit avoir "regardé un peu la vidéo" diffusée sur internet du meurtre sauvage de l'étudiant chinois Lin Jun, dont est accusé Magnotta, étaient dans le public lors de l'audience.

"Ça m'intrigue beaucoup de voir comment un homme qui a fait un meurtre aussi grave, aussi cruel, peut paraître aussi calme et banal comme quand il passe à la télé", a déclaré à l'AFP Annas, un élève de première secondaire (l'équivalent de la classe de quatrième en France, ndlr): "Il a pas l'air d'un tueur", s'étonne l'adolescent visiblement venu chercher des réponses à ses questions. "Je l'aurais vu dans la rue... il a l'air d'un homme normal", poursuit-il.

Interrogé sur sa peur éventuelle d'entendre des propos choquants à l'audience, Annas répond qu'il a déjà vu la vidéo, que les policiers de Montréal -- eux-mêmes profondément ébranlés --, ont conseillé de ne pas visionner.

"J'ai regardé la vidéo censurée", avoue l'adolescent, "donc j'ai pas vu les pires images et puis je pense que l'audience, ça va être correct", se rassure-t-il.

À côté de lui, son camarade de classe, Nicolas, invoque des raisons plus scolaires à sa présence. "Moi je veux devenir avocat, donc ça m'intéressait de voir comment l'avocat de la défense allait défendre Magnotta" explique-t-il: "D'après moi, il va dire qu'il avait des problèmes mentaux ou qu'il était sous l'influence d'une drogue ou quelque chose comme ça parce qu'avec toutes les preuves contre lui, ça doit être difficile".

A l'audience, Luka Rocco Magnotta a plaidé non coupable du meurtre et du dépeçage du corps de Lin Jun au terme d'une brève comparution par visioconférence devant la justice.

vs/jl/mdm

Loading Slideshow...
  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal

  • Luka Rocco Magnotta est arrivé lundi en fin d'après-midi à Montréal


Loading Slideshow...
  • Une photo de Luka Rocco Magnotta prise par la police de Berlin après son arrestation, rendue publique par le SPVM. (SPVM/PC)

  • Le chef adjoint de la police de Vancouver, Warren Lemcke, annonce qu'une main et un pied ont été livrés à deux écoles primaires de Vancouver le 5 juin, des découvertes liées au meurtre attribué à Luka Rocco Magnotta. (PC/Darryl Dyck)

  • L'école primaire St. George, à Vancouver, où le pied a été expédié. (PC/Darryl Dyck)

  • Les médias devant l'école primaire de False Creek, à Vancouver, où la main a été expédiée. (PC/Darryl Dyck)

  • Une voiture de police transportant supposément Luka Rocco Magnotta quitte le centre de détention de la police de Berlin. (AP/Timur Emek)

  • Le cybercafé de Berlin où Luka Rocco Magnotta a été arrêté, dans le quartier de Neukoelln. (AP/Markus Schreiber)

  • Une image de la caméra de surveillance du cybercafé, lorsque Luka Rocco Magnotta est entré. (AP)

  • Le propriétaire du cybercafé, qui a reconnu Magnotta, attend les policiers qu'il vient d'alerter. (AP)

  • Un groupe de policiers stagiaires entre dans le cybercafé pour interpeller Luka Rocco Magnotta. (AP)

  • Ils escortent Luka Rocco Magnotta à l'extérieur du cybercafé pour le placer en détention. (AP)

  • Le propriétaire du cybercafé, Kadir Anlayisli, qui a reconnu Luka Rocco Magnotta, se tient à côté du poste où se trouvait le suspect. (AP/Markus Schreiber)

  • L'appel mondial lancé par Interpol pour retracer Luka Rocco Magnotta. (AP/Interpol)

  • Luka Rocco Magnotta capté par les caméras de surveillance de l'aéroport Trudeau, où il a pris l'avion pour Paris. (AP/Interpol)

  • Le réfrigérateur de l'appartement de Luka Rocco Magnotta, où il aurait gardé des parties du corps de sa victime. (PC/Ryan Remiorz)

  • Un policier de la GRC transporte dans un sac le colis livré aux bureaux du Parti conservateur, à Ottawa, qui contenait un pied. (PC/Sean Kilpatrick)

  • Luka Rocco Magnotta, visiblement épris de lui-même, a placé de nombreuses photos de lui sur Facebook et sur son site personnel. (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (Facebook)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)

  • (http://luka-magnotta.com)