NOUVELLES

Un réfugié palestinien tué dans des heurts avec l'armée libanaise (sécurité)

18/06/2012 12:48 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

Un Palestinien a été tué par balle et plusieurs autres personnes, dont trois soldats, ont été blessées lundi lors de heurts dans un camp de réfugiés dans le nord du Liban, selon des responsables.

Les violences ont éclaté dans le camp de Nahr al-Bared après les funérailles d'un réfugié tué vendredi par l'armée, a expliqué une source au sein des services de sécurité.

"Un réfugié palestinien a été tué (par balle) et sept autres blessés dans le camp de réfugiés de Nahr al-Bared", a déclaré cette source, s'exprimant sous couvert de l'anonymat.

L'armée libanaise a de son côté fait état de trois soldats blessés, dans un communiqué.

L'armée a "fait usage de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc, avant de tirer à balles réelles sur des gens qui s'acharnaient à attaquer" un poste militaire, a-t-elle expliqué, en précisant que "plusieurs assaillants avaient été blessés".

Selon l'armée, des jeunes ont jeté des cocktails Molotov sur des soldats et mis le feu à un véhicule militaire, de même qu'à une partie du poste militaire. Elle a mis en cause "des infiltrés", sans plus de précisions.

Un habitant du camp a affirmé pour sa part que les soldats avaient ouvert le feu sur les jeunes, sans que ces derniers ne les aient provoqués.

"La situation dans le camp est tendue depuis plusieurs jours. L'armée comme les jeunes se provoquent mutuellement. Nous craignons que quelque chose de plus grand se prépare, car l'armée se déploie en grand nombre autour du camp en ce moment", a déclaré à l'AFP un autre réfugié.

Vendredi, un Palestinien avait été tué et trois autres blessés par des tirs de l'armée libanaise à la suite d'un contrôle ayant dégénéré dans le camp de Nahr el-Bared, selon une source palestinienne.

D'après cette source, la dispute avait éclaté après que l'armée eut arrêté deux jeunes Palestiniens circulant en moto qui ont refusé de présenter leurs papiers d'identité à un point de contrôle de l'armée.

L'annonce de nouveaux heurts à Nahr el-Bared a déclenché des violences dans un autre camp de réfugiés palestiniens, celui d'Ain El-Héloué, où les habitants ont brûlé des pneus, lancé des pierres et ouvert le feu près d'un point de contrôle, selon un correspondant de l'AFP.

L'armée a tiré pour disperser la foule. Six personnes - trois Palestiniens et trois Libanais - ont été blessées, a indiqué une source au sein des services de sécurité.

Le camp de Nahr el-Bared avait été détruit en 2007 lors de combats entre l'armée et un groupe radical armé. Plus de 400 personnes, dont 168 soldats, avaient été tués lors de ces combats.

L'armée contrôle les accès et maintient des points de contrôle à l'intérieur de Nahr el-Bared, le seul camp de réfugiés palestiniens du Liban soumis au contrôle direct des services de sécurité libanais.

Par convention de longue date, l'armée libanaise n'entre pas dans les camps, laissant la sécurité à l'intérieur de la responsabilité des Palestiniens eux-mêmes.

oi-js-rd/cco/vl

PLUS:afp