NOUVELLES

Syrie: le Conseil de sécurité s'interroge mardi sur la mission d'observation

18/06/2012 12:41 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

Le Conseil de sécurité des Nations unies s'interrogera sur l'avenir de sa mission d'observation en Syrie et du plan de paix de l'émissaire international Kofi Annan lors d'une réunion mardi, selon des diplomates.

Le général Robert Mood, chef de la mission baptisée Misnus, devrait faire rapport devant le Conseil mardi à 16H00 locales (20H00 GMT) sur sa décision, intervenue samedi, de suspendre les activités de cette mission en raison de "l'intensification des violences" sur le terrain.

"Nous voulons écouter le pronostic du général Mood", a expliqué devant des journalistes l'ambassadeur britannique à l'ONU Mark Lyall Grant.

"Je crois que beaucoup d'Etats membres du Conseil, y compris nous, allons lui demander quel est l'avenir de cette mission et donc, par extension, du plan Annan, à la lumière des récents développements", a-t-il ajouté.

Le mandat de 90 jours de la Misnus s'étend jusqu'au 20 juillet mais plusieurs pays occidentaux ont indiqué qu'il pourrait être interrompu avant l'heure si les violences continuent d'empirer. La plupart d'entre eux jugent le président syrien Bachar al-Assad unique responsable de cette détérioration.

"Nous sommes très inquiets de la hausse de la violence et nous estimons que le régime syrien en porte la responsabilité", a insisté Mark Lyall Grant, pour qui la décision de la Misnus de suspendre temporairement ses activités n'est pas surprenante.

Ce dernier n'a pas exclu que le mandat de la mission d'observation soit interrompu plus tôt que prévu.

"Il y a bien sûr de nombreuses questions qui vont être posées (mardi) au sujet de la mission", a renchéri un diplomate d'un autre pays membre du Conseil, sous couvert d'anonymat.

Les Etats-Unis ont répété qu'ils étaient prêts à bloquer le renouvellement du mandat de la Misnus. La France, le Royaume-Uni et les Etats-Unis travaillent par ailleurs sur un projet de résolution qui proposerait des sanctions contre Bachar al-Assad s'il ne respecte pas le plan de paix en six points de Kofi Annan.

tw/sam/gde

PLUS:afp