Le syndrome fomo, ou la peur de manquer quelque chose...

Iphone

Le Huffington Post Québec   Première Publication: 07/08/2012 15:22 Mis à jour: 07/08/2012 15:22

Être partout, tout le temps, et ne rien manquer. Voilà ce dont rêvent les gens atteint du syndrome fomo - «fear of missing out» -, qui a fait son apparition dans Urban dictionnary en 2011.

Selon ce dictionnaire alimenté par des internautes du monde entier, les personnes souffrant du fomo craignent de passer à côté de quelque chose d'important s'ils manquent un événement ou une fête. «C'est aussi la peur de rater quelque chose de mieux que ce que nous sommes en train de faire», renchérit World of psychology.

«Le phénomène existait avant», croit Patrick Dion, auteur et rédacteur en chef de l'émission Cliquez, diffusée à TV5. «On a simplement trouvé une expression pour le nommer. Le syndrome a été exacerbé avec Internet, qui donne l'impression que tout est accessible.» Pourquoi ne pas aller rejoindre ces copains dont la photo vient d'apparaître sur son journal (timeline) Facebook, alors que la fête à laquelle ils prennent part n'est pas encore terminée?...

Le psychologue et psychothérapeute Jean-Charles Nayebi, qui traduit fomo par «anxiété des ratages», a défini ainsi le phénomène dans Le Figaro - Madame: «C'est une envie irrépressible de se connecter à des réseaux pour savoir ce qui s'y passe, pour ne pas rater un événement ou laisser échapper une information intéressante.»

C'est précisément sa passion pour l'information qui a entraîné Guylaine L'Heureux dans un tourbillon duquel elle a eu du mal à sortir. «Je rêvais de bâtir mon prochain boulot», raconte la quarantenaire qui a travaillé pendant trois ans comme recherchiste pour la SRC, puis pour le site Open File. «Alors j'ai commencé à tenter de tout consommer ce qui avait un lien avec la techno, la radio, la musique et l'impact des outils numériques, tout en tissant des liens et en alimentant mes réseaux. J'ai fini par m'épuiser. Je pense avoir atteint un équilibre maintenant, mais je dois rester vigilante pour ne pas rechuter.»

Le dérapage s'est produit au moment de l'achat d'un téléphone intelligent. «Je dors mal et le cellulaire est un bon ami pour les insomniaques. Il est si facile de l'allumer en se disant : «tant qu'à rester éveillée, aussi bien... (ajouter ici n'importe quelle raison plus ou moins bidon)».»

Quand elle a pris conscience de l'ampleur du problème, le sevrage s'est imposé. «Je consulte encore mon Nexus en cas d'insomnie, mais c'est moins compulsif. J'ai surtout compris que je ne pouvais plus jouer le rôle de "pusher de liens" et espérer être au top en tout temps car le coût - épuisement physique et mental - est trop élevé.»

Marie-Julie Gagnon

SUIVRE LE Québec