NOUVELLES

Quinze morts dans un attentat anti-chiite en Irak

18/06/2012 01:26 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

Quinze personnes ont été tuées et quarante blessées lundi quand un kamikaze a activé sa ceinture explosive lors d'un rassemblement chiite à Baqouba, au nord de Bagdad, ont indiqué des sources médicales et policière.

Les attaques contre la majorité chiite se sont multipliées ces dernières semaines, faisant des dizaines de morts et ravivant la crainte de nouvelles tensions confessionnelles dans un pays plongé dans une grave crise politique.

Le dernier attentat a eu lieu à 18H15 (15H15 GMT) à Baqouba, dans le centre de l'Irak, selon un lieutenant-colonel de police, qui a précisé qu'un lieutenant de l'armée, quatre officiers de police et sept autres membres des forces de sécurité figuraient parmi les morts et blessés.

Le médecin Ahmed Ibrahim de l'hôpital de Baqouba a confirmé que l'établissement avait reçu 15 cadavres et 40 blessés.

La police et l'armée ont établi un cordon de sécurité autour du lieu de l'attaque, empêchant les gens d'approcher, selon un journaliste de l'AFP sur place.

L'attaque est intervenue quelques heures après qu'un convoi transportant l'adjoint du chef d'une fondation chargée de la gestion des sites religieux chiites en Irak, Sami al-Massoudi, eut été visé par une bombe placée sur le bas côté de route dans la région de Saidiyah, au sud de Bagdad.

M. Massoudi a expliqué à l'AFP que trois de ses gardes du corps avaient été blessés dans l'attaque, qui a eu lieu à 12H15 (09H15 GMT).

Les employés de la fondation ont retrouvé lundi une lettre de menaces au quartier général de l'organisation dans le centre de Bagdad, qui avait été visé par un attentat à la voiture piégée ayant fait 25 morts le 4 juin.

"Nous disons (aux chiites) que c'est la première lettre que vous recevez avec la couleur et l'odeur du sang, et que le bruit qui vous rendra sourd, et qui arrive, avec la permission de Dieu, sera encore plus puissant, affirme cette lettre "signée par Al-Qaïda", selon M. Massoudi.

Samedi, 32 personnes avaient trouvé la mort et des dizaines d'autres avaient été blessées dans deux attentats à la voiture piégée contre des pèlerins chiites qui commémoraient le décès d'un de leurs imams dans le nord de Bagdad.

Et mercredi, 72 personnes avaient été tuées et plus de 250 autres blessées dans des attentats revendiqués par l'Etat islamique d'Irak, paravent d'Al-Qaïda. L'un de ces attentats avait visé le quartier de Kazimiya où étaient réunis des pèlerins chiites pour commémorer le décès de Moussa Kazem, le septième des 12 imams vénérés par les chiites.

Des militants extrémistes sunnites, qui considèrent les chiites comme des hérétiques, ont par le passé multiplié les attentats contre eux pendant les fêtes religieuses, traditionnellement marquées par d'importants rassemblements.

Par ailleurs lundi, un policier a été tué et deux autres blessés à Baqouba par l'explosion d'une bombe posée sur le bord de la route. Une autre bombe de ce type a fait un mort, un berger, dans l'est de la ville, a indiqué le lieutenant-colonel de police. Le Dr Ahmed Ibrahim a confirmé ce bilan.

Les violences en Irak ont diminué par rapport aux terribles années 2006 et 2007 mais n'ont pas pour autant cessé, en particulier à Bagdad. En mai, 132 personnes ont péri dans des attaques, selon les chiffres officiels.

bur/wd/cco/vl

PLUS:afp