NOUVELLES

Paris et Rome pour une initiative européenne sur la crise au Sahel

18/06/2012 11:26 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

La France et l'Italie souhaitent une "action commune" des pays européens "directement concernés" pour apporter "une réponse globale" à la crise au Sahel, a indiqué lundi le ministre français de la Défense à l'issue d'un entretien avec son homologue italien.

A propos du Sahel, "nous avons convenu qu'il était souhaitable qu'il y ait à ce sujet une initiative européenne, dont nous serions l'un et l'autre partenaires", a déclaré Jean-Yves Le Drian, au cours d'un point de presse commun avec le ministre italien, l'amiral Giampaolo Di Paola.

Selon M. Le Drian, "la meilleure solution, c'est que les pays européens qui se sentent concernés directement par l'évolution de la crise au Sahel et veulent apporter une réponse globale", qui ne soit ni uniquement militaire ni spécifiquement civile, "puissent discuter d'une possibilité d'action commune une fois que les pays de l'Union africaine ou la Cédéao (Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest) se seront mobilisés autour du Conseil de sécurité (de l'ONU) pour avoir une mission spécifique".

"La réponse peut être européenne. A ce moment là - il y a déjà des initiatives qui sont prises sur le Niger - il faut que l'on puisse être cohérent sur l'ensemble de la zone, y compris en y intégrant jusqu'à la Somalie, puisque c'est une zone de fragilité majeure qui est potentiellement terroriste", a-t-il dit.

Interrogé sur la nature de cette action, le ministre français a souligné qu'il ne s'agissait pas d'une action militaire.

"En ce qui concerne l'intervention militaire, nous avons souhaité que ce soient les Africains qui soient à l'initiative. Mais une fois que les initiatives seront prises, il sera vraisemblable qu'il y ait un accompagnement et une collaboration significative avec l'Europe, mais cette réponse doit être globale", a-t-il dit.

M. Di Paola a évoqué pour sa part la dimension migratoire de la crise au Sahel. "Il faut travailler ensemble et pas toujours penser à une intervention militaire", "la coopération, le soutien, c'est la force de l'Europe", a-t-il dit.

Une mission civile de l'Union européenne pour aider le Niger à lutter contre le terrorisme et le crime organisé doit par ailleurs être lancée fin juillet dans un contexte tendu en raison de la crise au Mali.

dch/phi/hba

PLUS:afp