NOUVELLES

Le candidat d'Obama pour le poste d'ambassadeur à Bagdad se retire

18/06/2012 07:52 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

Le diplomate désigné par Barack Obama comme ambassadeur des Etats-Unis en Irak a retiré sa candidature après des critiques d'élus républicains et une affaire de courriels douteux à une journaliste, a annoncé lundi à Los Cabos (Mexique) un responsable américain.

La Maison Blanche regrette que Brett McGurk "ait retiré sa candidature", a déclaré à la presse le porte-parole du Conseil à la sécurité nationale Tommy Vietor, rendant hommage à un "diplomate brillant" ayant servi sous deux administrations.

Selon des informations de presse confirmées par une source au Congrès, Brett McGurk, un ancien de l'administration de George W. Bush, avait envoyé des courriels à une journaliste du Wall Street Journal en 2008 en Irak dans lesquels il tentait de la séduire en lui proposant --sur le ton de la plaisanterie ou non-- un accès à des informations sensibles.

Ces courriels adressés à la journaliste, Gina Chon, transmis aux élus, contenaient des messages à caractère sexuel. Plusieurs élus s'en étaient offusqués. La journaliste est par la suite devenue l'épouse du diplomate.

M. McGurk occupait jusqu'ici un poste de conseiller auprès de l'actuel ambassadeur des Etats-Unis en Irak, James Jeffrey, lui-même nommé par M. Obama en juin 2010.

Gina Chon a de son côté démissionné de son journal la semaine dernière.

Dans une lettre adressée au président Barack Obama et à la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, citée par le New York Times, Brett McGurk a confié retirer sa candidature "le coeur gros" mais que c'était "dans l'intérêt du pays".

"L'Irak a un besoin urgent d'ambassadeur. Le pays est au beau milieu d'une crise politique et notre représentation diplomatique subit une transformation rapide" là-bas, explique-t-il, ajoutant que "rien ne devrait pouvoir (nous) détourner du travail urgent qui doit être fait pour contruire un meilleur futur" dans ce pays.

Il a expliqué avoir pris sa décision en se rendant samedi au cimetière militaire d'Arlington, non loin de la Maison Blanche, en compagnie de sa femme, un lieu où sont enterrés de nombreux soldats tombés en Irak et en Afghanistan.

Tous deux ont perdu des amis en Irak, a-t-il dit.

Il confie aussi dans cette lettre que le plus dur pour lui a été "de voir (sa) femme embarquée dans cette histoire". "Elle est la chose la plus précieuse au monde pour moi et le tableau qui a été fait de notre relation a été aussi bien surréaliste que dévastateur".

Le comité des affaires étrangères du Sénat devait se prononcer sur sa candidature mardi. M. McGurk aurait été le premier ambassadeur américain en Irak depuis le retrait des troupes du pays.

col-jkb/mdl/lor/eg

PLUS:afp