NOUVELLES
18/06/2012 10:09 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

La Fédération des métis du Manitoba veut s'occuper de la maison de Louis Riel

WINNIPEG - La Fédération des métis du Manitoba souhaite assumer la gestion du lieu historique national de la maison de Louis Riel.

Selon Winnipeg Free Press, la Fédération travaille actuellement en collaboration avec le gouvernement fédéral afin d'établir un plan d'affaires pour le site.

Le président de la Fédération, David Chartrand, affirme qu'Ottawa contribuera au budget d'exploitation de la maison.

Il y a environ un mois, les représentants de Parcs Canada ont informé la Société historique de Saint-Boniface que son contrat annuel de 56 000 $ pour organiser des activités sur le lieu historique ne serait pas renouvelé en 2013.

La Société dirigeait le musée pour le gouvernement depuis 1980.

Au départ, cette nouvelle a fait craindre à plusieurs que la maison de Louis Riel ne serait plus ouverte au public. Le ministre fédéral de l'Environnement, Peter Kent, a toutefois insisté devant la Chambre des communes que le musée ne fermerait pas ses portes.

M. Chartrand a dit que la Fédération était actuellement en train de repenser la manière dont la maison était gérée, laissant entendre que le concept des guides-interprètes costumés serait peut-être écarté.

La députée conservatrice de Saint-Boniface, Shelly Glover, a révélé qu'elle avait rencontré le 15 juin plusieurs groupes, dont la Société historique Saint-Boniface, la Fédération des métis du Manitoba et la Société historique de Saint-Vidal.

Elle a dit avoir confiance qu'un plan serait mis de l'avant, mais a avoué ne pas savoir quand les consultations menées par Parcs Canada se termineraient.

Le nombre de visiteurs à la maison de Louis Riel est passé à moins de 5000 par an après que Parcs Canada eut décidé d'imposer un prix d'entrée il y a trois ans.

La députée néo-démocrate Niki Ashton, qui représente la circonscription de Churchill au Manitoba, a pour sa part déclaré qu'elle était heureuse que des organisations comme la Fédération des métis décident de s'impliquer mais que ce n'était pas une raison pour laisser Ottawa se défiler.

«Le fait est que Louis Riel est l'un des Pères de la confédération et le gouvernement fédéral devrait s'acquitter de la facture, a-t-elle tranché. Je ne pense pas que cela arriverait s'ils agissait de Mackenzie King ou de John A. MacDonald.»

Louis Riel a dirigé à deux reprises des rébellions métisses contre le gouvernement canadien. Capturé, il a été exécuté en 1885 après avoir subi un procès devant un jury de six membres dont aucun ne parlait le français.

PLUS:pc