NOUVELLES

Euro-2012 - Russie éliminée: la presse en colère

18/06/2012 06:58 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

La presse russe a exprimé sa colère lundi après l'élimination de la sélection nationale, pourtant favorite du groupe A, mais qui s'est inclinée samedi soir face à la Grèce (1-0) alors qu'elle n'avait besoin que d'un nul pour aller en quart de finale de l'Euro-2012.

"Vous nous brisez le coeur!", clame le tabloïd Tvoi Den avec un dessin de deux diables touillant dans un chaudron, l'équipe russe et son sélectionneur néerlandais Dick Advocaat.

Le quotidien populaire Moskovsky Komsomolets lance aux joueurs de retour au pays: "Salauds!!!", alors que Sovetsky Sport lance un sentencieux: "Moins que rien".

A sa "une", Tvoi Den déverse toute sa haine sur Advocaat, qui doit quitter la sélection russe après l'Euro-2012 pour prendre en mains le PSV Eindhoven: "Va-t-en en enfer, Advocaat!" avec une photo du sélectionneur regardant un match. Il se montre tout aussi sévère envers les joueurs qui "ne pensent pas au prestige du football dans la mère patrie mais à leurs primes".

"Quand vos supporteurs prennent des risques pour aller vous soutenir dans des stades étrangers hostiles, vous n'avez pas le droit de perdre. En aucun cas! Et surtout pas de manière si honteuse", commente Tvoi Den, en faisant allusion à la défaite (1-0) face à la Grèce lors de la dernière rencontre du groupe A.

Moskovsky Komsomolets s'en prend plus particulièrement à la vedette de l'équipe Andrei Arshavin: "Ses cabrioles sur le terrain ne montrent pas seulement sa fainéantise -il a toujours été fainéant- mais le peu d'espoir qu'on peut attendre de lui. Pour être précis, on n'attend rien de bon de lui!"

Pour Sport Express, "il est évident qu'Arshavin va perdre son immunité avec le nouveau sélectionneur". Le journal rapporte que des fans ivres, attendant devant son hôtel, ont eu maille à partie avec Arshavin et d'autres joueurs, entraînant l'intervention du service de sécurité de l'équipe.

Sovetsky Sport reconnaît que "seul Andrei Arshavin a applaudi les fans à la fin du match". "30.000 supporteurs russes pleurent, crient leur déception avant de devenir silencieux alors que leur équipe quitte le terrain. Sans les remercier, sans s'excuser!", s'emporte-t-il.

Enfin, l'Euro-2012 est une "page noire" de l'histoire du football russe, écrit le quotidien Kommersant.

Pour sa part, le ministre des Sports Vitaly Mutko a avoué sa déception tout en reconnaissant que les joueurs avaient fait de leur mieux: "C'est si triste et dérangeant. Mais je dois dire que je ne peux rien reprocher à nos gars: ils se sont battus avec toutes leurs force", dit-il dans le quotidien Sport Express.

am/sjw/sk/grd

PLUS:afp