MONTRÉAL - Une enveloppe contenant une poudre suspecte a été repérée dans un centre de distribution de Postes Canada, lundi matin, dans l'est de Montréal. Après analyse, la substance qu'elle contenait a été jugée inoffensive.

Cinq employés étaient à l'intérieur de l'édifice lorsque l'appel a été logé à la police, vers 2 h 50. Le Service de police de la Ville de Montréal a pu confirmer en fin d'avant-midi que toute menace était écartée. La nature de la mystérieuse substance blanche poudreuse n'a toujours pas été établie.

Personne n'a été incommodé.

Pour des fins d'enquête, le SPVM a refusé jusqu'ici de dévoiler si une revendication était attachée à cette enveloppe. Le lien entre ce nouveau méfait et le conflit étudiant est toutefois établi.

Le centre de distribution visé est situé à l'angle des rues Ontario Est et Létourneux, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

Il y a une dizaine de jours, une douzaine d'enveloppes suspectes contenant de la poudre blanche ont circulé à Gatineau, Laval, Montréal, Québec, Rouyn-Noranda, Saguenay, Shawinigan et Victoriaville.

Des élus ont aussi été visés. Des enveloppes suspectes ont été notamment trouvées au bureau du premier ministre Jean Charest dans sa circonscription de Sherbrooke. Ces enveloppes, qui étaient inoffensives, contenaient une note signée des Forces armées révolutionnaires du Québec (FARQ).

La Sûreté du Québec (SQ), à qui l'enquête a été confiée dans ces cas, a assuré qu'aucune menace biologique n'avait été constatée relativement à ces envois, mais des unités d'urgence avaient tout de même été déployées, comme ce fut cas lundi à Montréal.