CINÉMA - Le genre comique au cinéma est souvent méprisé. Au point de s'empoigner sur la création ou non d'un César de la comédie.

Pourtant, il nous réserve quelques très belles pépites. Entre franche potacherie et rire un peu plus fin, le magazine américain Empire propose son top 50 des comédies américaines et anglaises les plus drôles.

LIRE AUSSI :

» Où ira se saouler le gang de Very Bad Trip 3 ?

» Anchorman revient au cinéma

Un voyage de soixante ans dans le cinéma anglo-saxon, et quelques beaux morceaux de bravoure. Tout y passe, de Certains l'aiment chaud aux films de Judd Apatow, des parodies type Y-a-t-il un pilote dans l'avion à Very Bad Trip, en passant par les Monty Pythons.

Mais point de OSS 117 ou de Père Noël est une ordure dans ce palmarès! Alors, au HuffPost, on a décidé de réaliser notre top 30 des meilleures comédies françaises. Quelques unes mériteraient de figurer dans le classement de Empire, tant elles peuvent tenir la dragée haute à certains films américains.

Nous vous proposons notre top 30 des comédies françaises les plus drôles. Faites nous part de votre avis et votez en cliquant sur les étoiles:

Loading Slideshow...
  • Brice de Nice - le film

    Jean Dujardin dans un de ses grands succès, Brice a "cassé" 4,3 millions de Français lors de sa sortie en salle. On retiendra aussi la performance de Clovis Cornillac, dans le rôle de Marius La Caille, et son petit oiseau.

  • Tatie Danielle

    On adore détester Tatie Danielle, une mamie peste, qui empoisonne la vie de sa famille jusqu'à ce qu'elle trouve adversaire à sa taille. L'un des succès populaires d'Étienne Chatillez.

  • Intouchables

    "Pas de bras, pas de chocolat !" <em>Intouchables</em>, le phénomène de 2012, est l'un des plus gros succès du cinéma français, atteignant les sommets de "La Grande Vadrouille" et de "Bienvenue chez les Chtis", avec 18,3 millions d'entrée, et un César pour Omar Sy.

  • Chouchou

    Chouchou, "de la place d'Clichy", ou quand Gad Elmaleh reprend l'un de ses personnages cultes sur grand écran.

  • Podium

    Benoît Poelvoorde en sosie de Claude François, de quoi faire ressembler Johnny "à un Playmobile dans un évier".

  • La Vie est un long fleuve tranquille

    Les Le Quesnoy et les Groseille sont deux familles qui n'auraient jamais dû se rencontrer. Et pourtant, leurs petits derniers ont été échangés à la naissance. Le choc des cultures. Et Patrick Bouchitey en prêtre chanteur extatique.

  • Le Grand Détournement - La Classe Américaine

    Pas un vrai film à proprement parlé mais un monument du rire. Compilation des grands films de la Warner, le Frankenstein de Serge Hazanivicius n'a été diffusé qu'une seule fois à la télévision mais est culte pour toute une génération d'internautes, fans de George Abitbol, et de chips.

  • La Traversée de Paris

    "Jambier ! Jambier ! Je veux 2000 francs !" Les monstres du cinéma français (Bourvil, Jean Gabien, Louis de Funès) réunis sous la caméra de Claude Autant-Lara. Sous l'Occupation, deux contrebandiers traversent Paris avec des valises remplies de cochon. Un grand moment du cinéma français, sur une période très sombre.

  • Tenue de soirée

    Depardieu, Miou-Miou, Blanc sous la caméra de Blier. Un "putain de film" culte des années 80.

  • Didier

    Alain Chabat est le meilleur ami de l'homme. Didier est un chien devenu humain, qui débarque dans la vie du râleur Jean-Pierre Bacri.

  • Un Éléphant ça trompe énormément

    Comédie populaire des années 70, "Un éléphant ça trompe énormément" est une belle histoire d'amitié, filmée par Yves Robert.

  • La Cage aux Folles

    Une pièce de théâtre, une trilogie, un remake américain, une comédie musicale, le couple formé par Zaza et Renatto a su s'exporter.

  • La vérité si je mens !

    La vérité, ce film reste culte pour sa brochette d'acteurs et ses répliques. La bande de potes du Sentier s'est aussi retrouvée dans deux suites.

  • La Tour Montparnasse Infernale

    Pour leur premier passage sur grand écran, Éric et Ramzy signent <em>La Tour Montparnasse Infernale</em>. Un délire d'une heure et demi.

  • Les Aventures de Rabbie Jacob

    Rien que pour cette scène de danse improvisée par Louis de Funès grimé en rabbin, <em>Les Aventures de Rabbie Jacob</em> reste un grand moment du cinéma français.

  • Les Beaux Gosses

    Les boutons, les filles, les cours. Les errements de l'adolescence formidablement bien retranscrites dans le premier passage derrière la caméra du dessinateur Riad Sattouf. Mention spéciale à Vincent Lacoste, belle révélation du film.

  • La Soupe aux choux

    La réponse française à la <em>La Rencontre du troisième type</em>. En lieu et place des gentils extraterrestres du film de Spielberg, la Denrée. Jacques Villeret en combinaison jaune qui s'exprime en onomatopées, descendus sur terre à "l'appel" très spécial envoyé par Louis de Funès et Jean Carmet.

  • Les Valseuses

    "On n'est pas bien là ?" Avant <em>Tenue de soirée</em>, Blier met Depardieu devant sa caméra. L'itinéraire de deux paumés, avec un Patrick Dewaere, comme toujours impeccable. Une ode à la vie, crue, mais jamais vulgaire.

  • La Chèvre

    François Pignon dans ses aventures. Un des plus gros succès de Francis Veber.

  • Astérix et Obélix : Mission Cléopatre

    L'adaptation la plus décalée d'Astérix est pourtant la plus fidèle à l'humour de Goscinny. En s'emparant des aventures du petit gaulois, Alain Chabat signe l'un des films français les plus drôles de ces dix dernières années, en s'entourant de la fine fleur des comiques : Jamel Debbouze, Édouard Baer, Gérard Darmon, ou Dieudonné quand il était encore fréquentable.

  • Les Trois Frères

    Le passage très réussi des Inconnus au cinéma. Rempli de scènes cultes, les trois compères sont au sommet de leur forme. Dommage qu'ils n'aient jamais réussi à recréer cette alchimie.

  • Le Père Noël est une ordure

    Le classique indémodable des fêtes de fin d'année. L'équipe du Splendid adapte sa pièce de théâtre sur grand écran. Il est impossible d'en retirer une phrase culte tant tout ce qui se dit dans ce film est drôle !

  • Les Visiteurs

    Le trio Clavier/Reno/Poiret au sommet de son art. "Dingue !", "Okay", "Mais monsieur Ouille, pas avec votre poncho", sont autant de répliques qui amusent toujours en soirée. On passera sur le <a href="http://www.wat.tv/video/visiteurs-en-amerique-bande-4fnyx_4dtt9_.html" target="_hplink">remake américain</a> commis par le même trio.

  • Le Dîner de Cons

    No comment, la bande annonce se suffit à elle-même. Le retour du François Pignon de Francis Veber. "Une belle tête de vainqueur" pour un film qui n'a pas franchement vieilli. Là aussi, on oubliera le <a href="http://www.youtube.com/watch?v=eZ4i_woBTF8" target="_hplink">remake américain</a>.

  • Les Bronzés

    Est-il besoin de présenter ce film ? On s'en tiendra à cet épisode et sa suite aux sports d'hiver, les retrouvailles des Bronzés 3 n'étant pas franchement concluantes.

  • OSS 117, Le Caire nid d'espions

    Jean Dujardin, l'homme le plus drôle du cinéma français ? Avec la série des OSS 117, l'acteur oscarisé de <em>The Artist</em> ancre le personnage d'Hubert Bonisseur de la Bath dans la pop-culture française.

  • Bienvenue chez les Ch'tis

    L'un des plus grands succès populaires du cinéma français. Dany Boon y fait une ode à son "Ch'Nord", mais aussi à la simplicité. 20,3 millions d'entrées, tout de même.

  • Les Tontons Flingueurs

    "Faut reconnaître que c'est une boisson d'homme." <em>Les Tontons Flingueurs</em> est peut-être ce qu'il y a de mieux dans le cinéma français des années 60. Monstres sacrés (Blier, Ventura, Blanche...), dialoguiste virtuose (Audiard), scènes cultes dont voici l'une des plus marquantes.

  • La Cité de la Peur

    Le film de Les Nuls marque l'humour des années 90. Des acteurs en roue libre et une succession de fou rires.

  • La Grande Vadrouille

    And the winner pourrait bien être big moustache ! Plus grand succès populaire de l'histoire du cinéma français, <em>La Grande Vadrouille</em> continue encore de battre des records d'audience à chaque diffusion télévisée. Presque un running gag. Si on râle à chaque programmation, force est de constater qu'on le re-re-re-re-re-regarde encore. Et encore.