NOUVELLES

Cassano et Balotelli permettent à l'Italie de se qualifier avec un gain de 2-0

18/06/2012 05:05 EDT | Actualisé 18/08/2012 05:12 EDT

POZNAN, Pologne - Il n'y a pas eu de larmes pour Antonio Cassano cette fois, seulement une immense joie.

Sept mois après avoir souffert de symptômes semblables à ceux d'un AVC, Cassano a marqué le but décisif de la victoire de 2-0 de l'Italie contre l'Irlande, lundi, ouvrant grandes les portes des quarts de finale de l'Euro 2012 aux siens.

Cassano a marqué de la tête alors qu'il se trouvait dos au but près du premier poteau sur un corner à la 35e minute. Le substitut Mario Balotelli a doublé l'avance des vainqueurs à la 90e minute, alors que l'Irlande devait se défendre à 10 à la suite du deuxième carton jaune de Keith Andrews.

Malgré tout, l'Italie a dû patienter quelques mintues avant de célébrer sa qualification, soit jusqu'à ce que ses troupiers n'apprennent la victoire de 1-0 de l'Espagne contre la Croatie.

Cette victoire met fin à une série de cinq matchs sans gain pour les Italiens, qui avaient livré deux verdicts nuls de 1-1 face à l'Espagne et la Croatie en ouverture de tournoi, après trois défaites en matchs amicaux.

«Nous avons eu beaucoup de mal à obtenir une victoire, mais le plus important était de franchir la phase de groupes, a dit Cassano. Je n'en pouvais plus d'attendre la fin de cette autre rencontre et que l'Espagne l'emporte.»

L'Italie craignait un nul de 2-2 dans ce match, ce qui aurait signifié son élimination, peu importe son propre résultat, comme cela s'était produit à l'Euro 2004, alors que l'Italie avait battu la Bulgarie, mais avait été éliminée par le nul de 2-2 entre la Suède et le Danemark.

Cassano était alors inconsolable sur le terrain après cette rencontre, même s'il avait été nommé joueur du match, comme lundi. Cette fois, il accepté le titre avec le sourire.

«Nous, les Italiens, sommes habitués de souffrir, mais donnons toujours le meilleur de nous-mêmes», a-t-il dit.

Cassano avait ressenti un malaise sur l'avion de l'AC Milan en octobre dernier. Il a mis cinq mois à se remettre de l'opération au coeur qu'il a dû subir et il a cru pendant un temps qu'il ne s'en remettrait jamais.

Les Italiens seront maintenant opposés aux vainqueurs du groupe D, dimanche, à Kiev. La France, l'Angleterre et l'Ukraine peuvent encore se hisser au sommet de ce groupe.

«Ça ne fait aucune différence pour nous, a indiqué le sélectionneur Cesare Prandelli. Nous avons déjà affronté l'Espagne, championne d'Europe et du monde en titre. Si nous jouons bien, nous pouvons affronter n'importe qui.»

L'Espagne a terminé au sommet du groupe avec sept points, suivie de l'Italie (5), de la Croatie (4) et de l'Irlande (0).

«Nous avons bien joué ce soir, mais nous n'avons pas su créer beaucoup d'occasions non plus, a déclaré l'attaquant irlandais Robbie Keane. Nous sommes déçus de ne pas avoir obtenu de point en phase de groupes, mais nous avons été battus par de meilleures équipes.»

Andrews a été le meilleur Irlandais. Il a d'ailleurs forcé le gardien Ginaluigi Buffon à se signaler sur un superbe coup franc de courte distance à la 79e minute.

L'Italie a contrôlé le match pendant de longues périodes, mais l'Irlande — dirigée par l'ex-sélectionneur italien Giovanni Trapattoni — a souvent menacé en contre-attaques.

PLUS:pc