NOUVELLES

Simpson devance McDowell et Thompson par un coup, gagne l'Omnium des États-Unis

17/06/2012 06:30 EDT | Actualisé 17/08/2012 05:12 EDT

SAN FRANCISCO - Webb Simpson a remporté l'Omnium des États-Unis et a ainsi signé un premier triomphe lors d'un tournoi majeur.

Simpson a sauvé sa normale au 18e trou grâce à une belle approche à partir de l'herbe longue et il a remis une carte de 68 (moins-2), malgré le brouillard à l'Olympic Club, dimanche. Il a ainsi coiffé à l'arrivée Graeme McDowell et Michael Thompson. Simpson a conclu le tournoi avec une fiche cumulative de 281, un coup au-dessus de la normale.

Thompson (67) et McDowell (73) ont suivi un coup derrière.

McDowell a raté un roulé d'environ 25 pieds pour un oiselet au 18e, ce qui aurait forcé la présentation d'une prolongation de 18 trous lundi. Le Nord-Irlandais avait remporté l'Omnium des États-Unis à Pebble Beach, il y a deux ans.

Jim Furyk, qui occupait la tête du classement en amorçant le neuf de retour, a commis deux bogueys au cours des trois derniers trous pour se sortir lui-même de la course.

Il a finalement remis une carte de 74 (plus-4) pour terminer le tournoi à égalité au quatrième rang avec un score cumulatif 283, trois coups au-dessus de la normale, à égalité avec quatre autres golfeurs.

L'Américain était furieux d'avoir bousillé ses chances de remporter un deuxième titre à l'Omnium des États-Unis. Il s'est aussi dit très surpris que les dirigeants du circuit aient devancé le départ du 16e trou de 100 verges pour en réduire la distance à 569 verges. Le vert était donc atteignable en deux coups pour certains joueurs, bien que l'allée bifurquait fortement vers la gauche.

«Nous n'avons pas pu pratiquer le trou sur cette distance puisque personne ne nous a avertis, a fait valoir Furyk. Mais, les autres golfeurs jouaient sur le même trou, et je suis prêt à parier qu'aucun autre joueur n'a effectué un aussi mauvais coup que moi. Je n'ai que moi à blâmer.»

«J'étais à égalité au sommet en amorçant le 16e trou, a-t-il ajouté. Je n'avais qu'à enregistrer un oiselet pour filer vers la victoire. Je suis définitivement frustré.»

Simpson, qui avait terminé sa ronde, ne semblait pas y croire.

L'Olympic Club est reconnu comme étant le «cimetière des champions» puisque plusieurs gagnants de tournois majeurs ont été battus par des golfeurs que l'on n'attendait pas. Arnold Palmer a d'ailleurs perdu une avance de sept coups sur le neuf de retour en 1966.

Il s'agit peut être d'un hasard, mais le golfeur de 25 ans a pu étudier et perfectionner sa technique à l'Université Wake Forest grâce à une bourse Arnold Palmer.

«Arnold a été très généreux avec moi, a déclaré Simpson. Il a une grande signification pour moi. J'espère lui redonner un peu de ce qu'il a fait pour moi en lui donnant le sourire.»

Personne n'a été aussi étincelant que Simpson sur le terrain, lui qui couronne sa première année sur le circuit avec son premier titre majeur.

Tiger Woods a complété sa fin de semaine de travail avec un score de 73 et il a terminé le tournoi à égalité au 21e rang à plus-7.

Le Canadien Stephen Ames a bouclé sa ronde en 72 coups et il a fini à égalité au 68e rang à plus-18.

PLUS:pc