NOUVELLES

Législatives: le PS obtient la majorité absolue à l'Assemblée

17/06/2012 03:55 EDT | Actualisé 17/08/2012 05:12 EDT

PARIS - Le Parti socialiste a réussi son pari en obtenant dimanche soir la majorité absolue à l'Assemblée nationale à l'issue du second tour d'élections législatives marquées par une abstention record et un possible retour de députés FN au Palais-Bourbon.

Comme lors du premier tour, les Français ont massivement boudé les urnes, le taux de participation atteignant environ 56 pour cent des inscrits -un record pour des législatives sous la Ve République- selon les dernières estimations, soit une baisse de 1,2 point par rapport au scrutin du 10 juin. Bien loin des 59,98 pour cent du second tour de 2007 et surtout des 70,97 pour cent de l'édition 1997.

Grands gagnants de ces élections, le PS et ses alliés du Parti des radicaux de gauche (PRG) et du Mouvement républicain et citoyen (MRC) compteraient désormais entre 341 et 350 députés, soit plus que la majorité absolue de 289 sièges. Ils pourront ainsi se passer de l'appui d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et du Front de gauche pour faire adopter certains textes de loi.

A droite, l'UMP a beau avoir lancé un ultime appel aux électeurs pour qu'ils ne donnent pas "un chèque en blanc" aux socialistes, elle ne conserve que 213 à 221 sièges, contre 305 dans l'Assemblée sortante.

Le parti de l'ex-président Nicolas Sarkozy paie là le prix de sa stratégie du "ni Front national ni front républicain" visant à ne pas s'aliéner les électeurs du FN sans pour autant passer d'accord avec le parti d'extrême droite.

L'autre fait majeur de ce second tour est la possible élection de la candidate frontiste Marion-Maréchal Le Pen, 22 ans, dans le Vaucluse. Si les instituts de sondage pronostiquent un à deux députés pour le FN, Marine Le Pen a, elle, vraisemblablement échoué de peu face au socialiste Philippe Kemel dans le Pas-de-Calais.

Parmi les personnalités qui jouaient gros ce dimanche, Ségolène Royal a reconnu sa défaite face au dissident Olivier Falorni à La Rochelle avant même 20h, tandis que le centriste François Bayrou a été défait dans sa circonscription des Pyrénées-Atlantiques, le MoDem n'obtenant que deux élus.

Au total, 541 des 577 sièges de l'Assemblée restaient à pourvoir à l'occasion de 495 duels et 34 triangulaires. On comptait également 12 candidatures uniques.

PLUS:pc