NOUVELLES
17/06/2012 01:29 EDT | Actualisé 17/08/2012 05:12 EDT

Le suicide assisté autorisé au Canada: un archevêque veut un appel d'Ottawa

L'archevêque de Vancouver a demandé dimanche au gouvernement canadien de faire appel de la décision rendue par la Cour suprême de Colombie-Britannique (ouest) autorisant le suicide assisté d'adultes lucides.

Ce jugement "reflète tristement un point de vue biaisé de l'égalité des droits qui met l'accent sur l'autonomie plutôt que sur la dignité humaine et la valeur de la vie", juge dans un communiqué l'archevêque catholique de Vancouver, Michael Miller.

L'archevêque demande à Ottawa de faire appel de cette décision qu'il qualifie d'"extrêmement imparfaite et dangereuse".

Vendredi, l'interdiction du suicide assisté par la loi canadienne a été déclarée "inconstitutionnelle" par la juge Lynn Smith, de la Cour suprême de Colombie-Britannique, autorisant ainsi une femme malade de 64 ans à y avoir recours.

"Nous nous sommes engagés dans cette voie à plusieurs reprises à travers le monde et toutes les garanties initialement mises en place ont fini soit par être ignorées soit pas être rejetées au bout du compte", poursuit l'archevêque catholique: "Le résultat est que l'euthanasie fait du mal non seulement à ceux dont les vies sont enlevées, mais aussi à ceux qui en prennent la responsabilité".

Pour l'instant, ni la Colombie-Britannique, ni le gouvernement canadien n'ont fait part de leur intention d'aller en appel. La juge Lynn Smith suspend toutefois pendant un an la portée générale de son jugement, le temps que le Parlement puisse modifier la loi. Gloria Taylor, 64 ans et malade depuis trois ans de la sclérose latérale amyotrophique (SLA ou maladie de Charcot), bénéficiera d'une mesure d'exemption.

mlj/mdm

PLUS:afp